index, histoire de la Gacilly des origines au XXème siècleDIFFERENTES ORTHOGRAPHES DU NOM :  " LA GACILLY », ETYMOLOGIE, GEOLOGIE, FORMATION DU SOL GACILIEN, PREHISTOIRE, PALEOLITHIQUE, MESOLITHIQUE, LE NEOLITHIQUE, Le Menhir de la Roche Piquée, Le Dolmen des Tablettes de Cournon, L’Allée Couverte de Sigré, L’HYDROGRAPHIE, L’AFFPremiers Habitants Gaciliens, Voies Anciennes, Voies Romaines, Lieux Habités Anciens, L’Oppidum de La Bergerie, CROISSANCE DE LA VILLE, La Gacilly au XII° Siècle, Le Donjon, Les Templiers ,La Gacilly au XIII° Siècle , Château Fort Gacilien, Histoire du Château, La Gacilly au XV°Siècle, « Ville » de La Gacilly , Dames et Seigneurs de La GacillyBUHAN, BEL-ORIENT,  BROHEAS, DRAMELS, GAZEAU, GRASLIA, HAUDIART, HUNO, L’HOTEL SERO, LA  CORBLAIE, LA  HAUTE BARDAYE, LA BASSE-COUR ; BEAUSEJOUR, LA BOUERE, LA BOUERE, LA CROIX-ELVEN, LA GAZAIE, LA GLOUZIE, LA GOURGANDAIE, LA MANDRAIE, LA NAVETTERIE, LA HAUTE  PROVOSTAIS, LA BASSE PROVOSTAIS, LA ROCHE GESTIN ,LA SAUDRAIE, LA VILLE AUX AINES, LA VILLE D’AVAL, LA VILLE JARNIER ,LA VILLE ORION, LA VILLIO, LA VILLOUËT, LAULOYER, LE CHATELIER, LE CHENE, LE LAURIER VERT, LE LIEUVY, LE PALIS PERCE., LE PATIS, LE PETIT-MABIO, LE TAY, LES VILLES GEFFS, MABIO ROQUENNERIE ,SAINT-ANDRE ,SAINT-JUGON, TALHUARTLe Château Fort Gacilien, les seigneuries, les maisons nobles, les rues, les lignolets, les niches à vierge, Les soues, les palissades, les moulins, les ponts, les fontaines, les puits, les polissoirsCommerce, Les Halles, Les Foires Gaciliennes, Les Métiers Gaciliens, Constructions Hôtel de Ville, Place du Champ de Foire, Aff Canalisée, Bureau de Poste, éclairage de La Gacilly, Transport, Les Routes, Chemin de Fer, Enseignement, Sapeurs-Pompiers, les Rues, Personnalités GaciliennesRévolte Paysanne, Création du Département, Création de la Commune de La Gacilly, Création du Canton de La Gacilly,  La Chouannerie, La guillotomanie fait des ravages,La Chouannerie racontée par un Gacilien, Personnalités de la révolution ,Louis-Charles-René De Sol de Grisolles, Joseph Marie Seguin, Mathurin Robert,  Pierre ChevalierOrganisation Religieuse, Chapellenies, Chapelles, Eglise St Nicolas, Saint Nicolas, Bienheureux Jugon, Les Croix, ClergéLes Gendarmes, affaire CLAIRO, Gendarmes ayant exercé à La Gacilly, Les Prisons Gaciliennes, Construction de la Gendarmerie, Bagnards Gaciliens , Campagne Napoléoniennes, Guerre de 1870, -Guerre de 1914-1918Diaporama de la Gacilly vers 1900 en cartes postales et commentaires,Film sur les festivités autrefois à La GacillyLiens web
Contact

 

construction des gendarmeries ,des prisons ,guerre de 1870 et de  1914-1918

 

Gendarmerie à La Gacilly

 

En 1884 et pour servir de gendarmerie, la maison de Louis Bourrée au Bout-du-Pont sera louée par la commune pour une durée de 18 ans et pour un loyer de 1.000fr par an. Elle sera achetée par la commune en 1921 et agrandie l’année suivante.

 

 

 

La maison cadastrée E 1375 fut construite en 1781 par Joseph LE ROY chirurgien à La Gacilly. En 1836, elle appartient à Joseph Marie SEGUIN, juge de paix et, plus tard, avant 1875, à Jean HOMET, blatier à La Gacilly. Cette maison sera démolie lors de l’agrandissement du garage Gérard.

En 1884 et pour servir de gendarmerie, la maison de Louis Bourrée au Bout-du-Pont sera louée par la commune pour une durée de 18 ans et pour un loyer de 1.000fr par an. Elle sera achetée par la commune en 1921 et agrandie l’année suivante.

Les Gendarmes

En 1836, la brigade de gendarmerie de La Gacilly était composée d’un maréchal des logis, de deux gendarmes à pied et de deux gendarmes à cheval.

Trois gendarmes gaciliens seront décorés pour acte de bravoure :

  1. RUZÉ Jean Louis pour avoir maitrisé deux bœufs emportés en 1863 ;
  2. DANIC Joseph, gendarme à La Gacilly, est mis à l’ordre de la Légion le 6 octobre1886 pour avoir exposé sa vie en se jetant courageusement à la tête d’un cheval emporté attelé à un tilbury sans conducteur qui entrait en ville à fond de train.
  3. CHAMAILLARD Pierre, maréchal des logis de la brigade de La Gacilly, rentrait à la caserne lorsqu’il entendit des cris perçants partir du lavoir qui longe la rivière. Une petite fille, en jouant avec des enfants de son âge, venait de tomber à l’eau et disparaissait quand notre brave sous-officier se précipita à son secours et fut assez heureux pour la saisir et la ramener vivante. Cet acte de dévouement fait le plus grand honneur au maréchal des logis Chamaillard car, sans sa prompte et courageuse intervention, cette enfant aurait infailliblement péri. (Moniteur de la Gendarmerie n° 339 du 27 février 1887)

Un des fils du gendarme Alain CADORET deviendra clerc de notaire à La Gacilly

 

Affaire CLAIRO = Une affaire d’assassinat (cliquer ici)

 

 

Gendarmes ayant exercé à La Gacilly

 

GENDARMES    ayant excercé  à  La  Gacilly à partir de   1820 
ANNÉE   NOM   PRÉNOMS GRADE               RÉFÉRENCES
1821 CHANTREAUX Joseph Gendarme 8d21- 31n23- 22d23- 25d23- 23d24- 16n25- 31n27-
1821 MARTIN Nicolas Gendarme 8d21
1823 GABILLARD Joseph Gendarme 22d23- 25d23- 16d25
1824 POIZEL Jean Baptiste Maréchal des Logis 34n24- 28n26- 14n29
1824 ROUILLARD Julien Gendarme 34n24
1825 PERRIGAUD Mathurin Gendarme 16n25- 31n27
1827 LHUISSIER Joseph Gendarme 31n27- 9n29
1831 BOULANGER Jean Franàois Gendarme 30n31
1831 CADORET Alain Gendarme à pied 11n31- 30n31- 5m39- 1m40-18n42- 2m49- 31d76
1831 DEFRAME Louis  Gendarme à pied  
1831 LUTIGNIAUX Jean Pierre Maréchal des Logis 11n31
1831 ROGEL Joseph Gendarme à cheval 11n31- 30n31- 44dd34- 35n36
1834 LORENT Louis Gendarme à pied 44d34
1834 TERRIER Joseph Gendarme à pied 44d34
1836 DESJANES Jean Joseph Gendarme à cheval  
1836 LUBAC André Gendarme à pied 35n36- 9n38- 31n42- 26n47- 23d52
1838 DAMASKO Georges Gendarme à cheval 9n38
1838 NOULLET Pierre Élisée Gendarme à pied 9n38- 13n40- 1m40- 18n42- 23n43- 10n47- 26n47 
1840 PETITJEAN Claude Benoit Maréchal des Logis 13n40- 1m40- 42n40- 18n42- 5n48- 14n48- 25d50
1844 QUISTREBERT Louis Gendarme à pied 8m44- 22d67
1851 MAHIEU Marie Adolphe Gendarme  
1855 BUCAS Joseph Gendarme 7n55- 13n55- 24n55- 20d55- 24n56- 6n58-  3d61
1855 CHAMARD Joseph Gendarme 7n55- 13n55- 24n55- 20d55
1855 LECOMTE Léon Gendarme 13n55
1856 CORRIOT Louis Joseph Maréchal des Logis 6m56- 10n57- 7m58- 3d61
1858 LECOURTE Léon Gendarme 7m58
1861 ÉALET Louis Gendarme à pied 21n61- 40n61- 10n63- 31n65- 36n68- 24n72
1861 HONORÉ François Gendarme 3d61
1861 MORIN Michel Gendarme à pied 21n61- 40n61- 10n63- 2d63- 41n68- 
1861 VERGÉ Louis Maréchal des Logis 21n61- 40n61- 10n63
1862 RUZÉ Jean Louis Gendarme 31n62- 2m63       décoration
1863 ALLANIC Louis Gendarme 2m63
1863 VERGEZ Louis Marie Gendarme 2m63
1865 AUGÉ Julien Pierre Maréchal des Logis 16d65- 33n66- 3m66- 8d66- 9d68
1866 BOUGEARD Eugène Gendarme 33n66- 3m66- 21n71- 13m71
1866 COUÉ Joseph Marie Gendarme à pied 33n66- 21n71- 23n71- 2m71- 24n72- 20n73- 2d74
1870 ÉALET François Marie Gendarme à pied 5m70- 23n71- 24n72- 35n74- 43n74- 21n75- 
1871 LESOURD Guillaume Gendarme 23n71
1871 MAISONNEUVE Pierre Maréchal des Logis 13m71- 20d81
1874 LECORRE Joseph Maréchal des Logis 2d74
1874 TANGUY François Gendarme 43n74
1874 THIERCELIN Pierre Joseph Maréchal des Logis 43n74
1875 DANIC Joseph Marie Gendarme à pied 20n75- 17d76- 8n84    décoration
1876 PHILIPPE Pierre Marie Gendarme 17d76- 21n78- 22n78- 20n80- 20n82- 41n83- 8n84
1880 BOUTEAU Théophile Gendarme 24d80- 2m81- 36n82
1881 CHAMAILLARD Pierre Maréchal des Logis 2m81- 41n83- 19d88      décoration
1882 RICHARD Pierre Gendarme à pied 8d82- 41n83- 28d83- 8n84- 6n87- 28n88- 1n89- 34d89
1885 BLORET François Gendarme à pied 15n85- 25n86- 19d88
1885 LE  CORNEC Joseph Gendarme à pied 15n85- 6n87- 24n87- 28n88- 19d88- 34d89
1887 SALIO Baptiste Gendarme à pied 6n87- 24n87- 28n88
1889 LE  DÉAN François Gendarme à pied 1n89
1889 LOUÉ Jean Baptiste Maréchal des Logis 1n89
1892 GUITTON   Maréchal des Logis à pied  
1893 VISONNEAU Jean Élie Gendarme 1895-10-26-cmo; 8n06-24n06-6n09
1895 THÉBAUT   Maréchal des Logis à pied Écho de la Gendarmerie 2-6-1895; 1896-7-17-m;
1896 CASTERAN   Gendarme 1896-9-19-cmo;
1899 BALLUET Auguste Gendarme  
1900 DOLIGNÉ   Maréchal des Logis  
1901 HESNO   Maréchal des Logis  
1901 HUZÉ Julien Gendarme  
1901 ORION Arthur Louis Gendarme à pied 8n06-4n08-5n08
1901 PITOMAN   Gendarme  
1905 MINAUD(Mino) Stanislas Maréchal des Logis  à pied 8n06-24n06-21n07-4n08-5n08
1905 REURE Antoine Gendarme à cheval 1n05
1906 CHATON Eugène Pierre Gendarme à pied 24n06-21n07
1906 MOTARD   Gendarme  
1907 BOSSER Auguste Pierre Gendarme 21n07-5n08
1909 BERNIER Hervé ( ou Henri) Gendarme 6n09
1912 KERVADEC Joseph Marie Gendarme à pied 4n08- 6n09
1917 GILBERT   Maréchal des Logis  
  GUILLEMIN Joseph Gendarme  

Commissaires de Police Gaciliens

1853 DESCOURS Julien commissaire de Police 15m53- 7m58- 33d58- 6m60- 26d74
1861 VUILLEMOT Pierre Sauveur commissaire de Police  
1863 DESBANT Pierre Georges commissaire de Police 16d65

 

 

Les Commissaires de Police Gaciliens.

C’est une loi de 1791 qui créa les commissaires de police dans les grandes villes. Élus pendant la période révolutionnaire, ils furent ensuite nommés directement par le Gouvernement. Des décrets de 1852 et 1853 créèrent les commissaires de police cantonaux dont celui de La Gacilly. Ce sera un commissaire de 5° classe (ville de moins de 5.000 habitants) avec un salaire annuel de 1.200 fr plus une indemnité de 240 fr.

En juillet 1853, le premier commissaire gacilien fut Julien Descours ; en trois mois, il dressera 40 contraventions ce qui est très important puisque La Gacilly arrive au 4° rang départemental après Lorient, Vannes et Josselin et devant Pontivy. Les principales contraventions dressées l’étaient pour dépôt de fumier sur la voie publique, défaut d’éclairage des charrettes ou au fait que le conducteur ne soit pas à la tête de son cheval, mais installé paisiblement dans la dite charrette. Descours prendra sa retraite en 1861. Il était marié avec Jeanne Marie DENIS dont le cousin, Pierre Denis, était propriétaire de Villeneuve Il décèdera à La Gacilly le 16-10-1874. (Journal des Commissaires de Police - Gallica). Il avait été remplacé par Pierre Vuillemot en 1861. Ensuite ce sera Pierre Desbant.

Les commissaires de police cantonaux seront supprimés en 1870.

 

Les Prisons Gaciliennes

La première fut une prison seigneuriale dont on sait peu de choses sinon « Le logis de la prison, situé sur ladite ville, contenant 35 pieds de long, avec les issues et déports ; la garde des prisonniers appartenait, le jour, aux habitants de la ville et, la nuit, aux autres vassaux « (Le Claire p 212.)

 

La deuxième prison fut construite en 1732 par Louis François de La Bourdonnaye, seigneur de La Gacilly ; elle se trouvait à l’emplacement de la bâtisse cadastrée E 1455

 

 

 

 

La deuxième prison fut construite en 1732 par Louis François de La Bourdonnaye, seigneur de La Gacilly ; elle se trouvait à l’emplacement de la bâtisse cadastrée E 1455. Elle se composait d’un cabinet noir, de quatre cellules éclairées par des fenêtres étroites et garnies de très forts grillages en fer et d’une basse-fosse, c’est-à-dire d’un cachot en souterrain en forme de puits. Il y demeurait un concierge chargé de la surveillance et de la nourriture des prisonniers. (Le Château et la commune par Ducrest de Villeneuve, sup. p.37)

En 1803, elle fut vendue comme bien national à Mme Veuve Roussel née Poligné ; par la suite, elle deviendra la propriété de Michel HERVY. 

En 1747, Mathurin PAQUÉ, natif de Piriac en Loire-Inférieure, était geôlier au service du marquis Louis François de La Bourdonnaye.

 Mathurin Paqué et son épouse, Marie Bonable eurent quatre enfants à La Gacilly :

  1. Perrine Jeanne née le 17 mai 1747,
  2. Jacques François né le 31 juillet 1749. Le 5 février 1782, il épouse Anne Palais, veuve de Julien Lelay, qui périt en mer ; il était alors matelot sur la Boudeuse commandée par Bougainville alors qu’il faisait le tour du monde.
  3. Marie Vincente née le 22 janvier 1751,
  4. Joseph Anne né le 8 avril 1752.

Avant d’arriver à La Gacilly, ils avaient déjà une fille, Anne, qui épousera le 30 mai 1752 à La Gacilly, Charles Hallier, un Gacilien. (Archives privées de la famille)

En 1799, c’était Guillaume Leroux qui était geôlier.

 En 1836, la troisième prison gacilienne devait être située dans la petite maison cadastrée E1448 disparue depuis (traces sur le pignon de la maison voisine)

 

 

En 1836, la troisième prison gacilienne devait être située dans la petite maison cadastrée E1448 disparue depuis (traces sur le pignon de la maison voisine) ; la seule preuve que nous ayons de cette implantation, c’est un rapport du préfet datant de 1875 et indiquant que « les chambres de sûreté de La Gacilly sont trop éloignées de la caserne (60 mètres) ». ; il demande au Conseil Général d’accepter que le bail de la gendarmerie passe de 500 Fr à 800 Fr, le propriétaire, Jean Homet, s’engageant à faire construire deux chambres de sûreté contigües aux autres bâtiments de la gendarmerie ; ce qui sera fait avant la fin de l’année. (Conseil Général de 1875)

Image retour haut page ou article au-dessus

 

 

 

Gendarmerie au Bout du pont

 

La  gendarmerie de La Gacilly a été louée le 12 décembre 1860

 

Rue La Fayette

Nom actuel : Bout du Pont

 

 

PROPRIÉTAIRE

LOCATAIRE

SILORET Joseph La Gacilly maréchal

POLIGNÉ Louis 35 ans aubergiste

 

      X MABON Vincente 46 ans

 

          °Marie Louise  7 ans fille

 

          ° Julienne     5 ans fille

 

          °François      3 ans fils

 

         =VILLERIO Mathurin  23 ans  fils de Vincente MABON

 

         =VILLERIO Jeanne       12  ans fille de Vincente MABON

 

         = DRÉANOT Joseph     22 ans          domestique

 

         =SALOUX Louise          22 ans          domestique

 

         = COYAC  Jean             36 ans         domestique

 

1860- Location de la Brigade de La Gacilly.

La caserne de La Gacilly a été louée le 12 décembre 1860, moyennant un prix de location de 500 Fr. Le bail expire le 31 décembre prochain. Un nouveau bail a été conclu par M. le Préfet, avec le propriétaire, le 1 de ce mois pour 3, 6 ou 9 ans, an même prix de 500 Fr.

Votre 2° commission vous propose d'approuver le nouveau bail conclu par N. le Préfet, moyennant le prix de location de 500 Fr.

1876- Renouvellement de la location de la  caserne de la gendarmerie.

La Commission, agissant en vertu de votre délégation et statuant en dernier ressort, a autorisé M. le Préfet à renouveler le bail de la caserne de gendarmerie de La Gacilly, expirant le 1er janvier 1876. Ce nouveau bail, consenti au prix de 800 Fr., aura une durée de neuf années. M. Homet s'est engagé à faire toutes les constructions et réparations stipulées avant le 1er janvier 1876.

 

1901- Le bail de la caserne de gendarmerie à pied de La Gacilly

N. 59 doit prendre fin le 31 décembre 1902. M. Bourrée, propriétaire de l'immeuble, offre de renouveler le bail, moyennant une augmentation de loyer de 200 francs. L'augmentation sollicitée est basée sur la dépense, évaluée à 2,500 francs environ, qu'occasionneraient les réparations demandées par le service de la Gendarmerie et dont l'énumération figure dans un état joint au dossier.

Un rapport de M. le Commandant de gendarmerie fait connaitre que toutes les recherches effectuées pour trouver un autre casernement, sont restées infructueuses. En outre aucun propriétaire ne s'est proposé pour construire une caserne.

D'autre part, M. Bourrée, à qui une demande de réduction de loyer a été présentée, a déclaré formellement qu'il maintenait son prix.

Dans ces conditions, je crois devoir vous proposer, Messieurs, de m'autoriser à renouveler bail avec le sieur Bourrée pour une durée de 18 ans et un loyer de 1,200 francs, soit une augmentation de 200 francs sur le prix de l'ancien bail.

Crédit entretien de la caserne de gendarmerie

Au nom de la 1. Commission, M. de Langlais donne lecture du rapport suivant :

Le département s'étant rendu acquéreur de la caserne de gendarmerie de La Gacilly, M. l'Architecte départemental propose l'inscription annuelle au budget départemental d'un crédit d'entretien pour cet édifice. Ce chef de service évalue cette dépense à 500 francs, à compter de l'année 1922.

Votre 1re. Commission vous propose, Messieurs, l'inscription de ce crédit à votre budget primitif de l'exercice 1922.

Les conclusions de ce rapport sont adoptées.

 

Projet d’aménagement de la caserne de la  gendarmerie

En juillet 1921, M. l'Architecte départemental a dressé un projet pour l'aménagement de la caserne de gendarmerie de La Gacilly, acquise par le Département, et le devis qui y est joint prévoit une dépense de 34.817 fr75.

Toutefois, en raison des projets envisagés par le Parlement, en ce qui touche les frais d'entretien des casernes de gendarmerie et des tribunaux, et de la discussion qui à ce sujet s'était instituée à votre session de mai 1921, il avait été entendu que l'exécution de ce projet serait ajournée jusqu'au printemps 1922.

Après m'être assuré près de M. Bardet que les chiffres indiqués au devis ont conservé leur valeur et peuvent servir de base à une adjudication, j'ai l'honneur de vous soumettre ce projet, en vous priant de vouloir bien décider si, en l'absence de toute décision du Parlement, il n’y a pas lieu de poursuivre la réalisation de ce projet.

Installation de l’éclairage à la caserne de gendarmerie

La municipalité de la Gacilly où passe actuellement le courant m'a sollicité .de faire installer la lumière électrique à la caserne de gendarmerie de cette localité.

J'ai prié M. l'Architecte départemental d'établir un devis de la dépense.

Les frais de cette installation, d'après l'estimation qu'il vient de m'adresser, sont évalués à 3.729 francs. '

devis pour l’installation de l’électricité à la gendarmerieSi ces propositions ont votre agrément, un crédit d'égale somme sera à prévoir au chapitre 23 de la décision modificative, étant bien entendu que l'usage de cet éclairage, qui sera entièrement supporté par le service de gendarmerie, n'entrainera aucune dépense de quelque nature que ce soit pour le département

 

 

Image retour haut page ou article au-dessus

 

 

 

Militaire - La Gacilly

 

 

CAMPAGNES NAPOLEONIENNES

La campagne d'Allemagne, dont la campagne de Saxe est la partie centrale, est la suite de la campagne de Russie de 1812 et précède la campagne de France de 1814. Elle se déroule au cours de l'année 1813 et constitue le véritable tournant de la guerre liée à la Sixième Coalition. Les États allemands soumis par Napoléon, devant ses premières défaites, se retournent contre lui l'un après l'autre et se joignent à la Sixième Coalition autour de la Russie. Après la bataille de Leipzig, du 16 au 19 octobre, l'armée française vaincue doit se replier vers la France

 

Bataille de Leipzig sous Napoléon

 

Soldats GACILIENS pendant les Campagnes de NAPOLÉON

 

 Julien Anne BOUCHER

Né le 21/01/1784 La Gacilly

Décédé le 01/06/1857

  • Père : Mathurin Laurent BOUCHER,
  • Mère : Julienne Jacquette SOREL
  • Épouse Louise GAUTIER

Cultivateur à La GACILLY

Militaire Sous Napoléon

Au 93e régiment d'infanterie de ligne, du 18 novembre 1806 au 13 avril 1809

 

Yves BOUCHER

Né le 29/05/1783 La Gacilly

  • Père : Joseph I BOUCHER
  • Mère : Jeanne Marie I SOREL
  • Épouse Julienne GUIHO
  • Épouse Mathurine MORICE

Militaire Sous Napoléon

En 1811

En 1811 fiche militaire, soldat sous Napoléon

 

 

 

Julien CHESNAYS

Né le 10/02/1785 La Gacilly

  • Père : Pierre II CHESNAYS,
  • Mère : Julienne Louise HOCHET

Militaire Sous Napoléon

Au 103e régiment d'Infanterie de ligne, 1er avril 1806 au 4 mars 1807

On ne sait ce qu’il est devenu

 

En 1806 fiche militaire, soldat sous Napoléon

 

 

 

 

Mathurin Honorat CLÉSIO

Né le 13/01/1792 La Gacilly

Décédé le 06/03/1847

  • Père : François CLÉSIO,
  • Mère : Lucrèce BOUCHER
  • Épouse Julienne LEBLANC

Militaire Sous Napoléon

En 1810

En 1810 fiche militaire, soldat sous Napoléon

 

 

Julien ETORÉ

Né le 09/01/1791

Père : Guillaume ETORÉ

Mère : Marguerite GLET

Laboureur

Militaire Sous Napoléon

Au 140 e régiment d’infanterie de ligne

Arrivé au corps le 12 février 1813

En 1813 fiche militaire, soldat sous Napoléon

 

 

Pierre ESPERT


Né le 09/02/1792 La Gacilly

  • Père : François ESPERT
  • Mère : Jeanne NOËL

Militaire Sous Napoléon
Campagne sous Napoléon au 140e régiment d'infanterie de ligne, du 12 février 1813 au 2 décembre 1813

En 1813 fiche militaire, soldat sous Napoléon AU u 140e régiment d'infanterie de ligne

 

 

Jean Marie GICQUEAU


Né le 24/10/1789 La Gacilly

  • Père : Jean GICQUEAU,
  • Mère : Perrine I COURLIER

Militaire Sous Napoléon
93e régiment d'infanterie de ligne en 1806

 

Mathurin GICQUEAUX


Né à La Gacilly

Militaire Sous Napoléon
Au 24e régiment d'infanterie de ligne, du 15 avril 1809 au 7 mars 1811
Mort de fatigue en Espagne en 1811

soldat sous Napoléon mort de fatigue en Espagne en 1811

 

 

Mathurin François GLET


Né le 24/10/1789 La Gacilly
Décédé le 21/11/1866

  • Père : François Mathurin GLET
  • Mère : Julienne GORY
  • Épouse Jeanne MONNIER

Cultivateur à La Saudraie La GACILLY
Tailleur d'habits à La Saudraie La GACILLY


Militaire Sous Napoléon
Au 48e régiment d'infanterie de ligne, le 1er décembre 1806

En 1803 soldat sous Napoléon

 

 

 

Louis Anne HENAUD


Né le 26/03/1775 La Gacilly

  • Père : Jean Baptiste Mathieu Alexandre HENAUD,
  • Mère : Marie Judith FILLY

Militaire Sous Napoléon
Au 31e régiment d'infanterie de ligne (ex 32e régiment d'infanterie de ligne),du 21 mai 1815 au 27 juin 1815 (matricules 1825 à 1913)

Militaire Sous Napoléon en 1806

 

 

 

Jean-Marie HERSART


Né le 11/03/1792 La Gacilly
Décédé le  02/09/1866

  • Père : Jean-René-Marie HERSART,
  • Mère : Louise BIZEUL
  • Épouse Marie Joseph  TATARD
  • Facteur à LA GACILLY

Militaire Sous Napoléon
Il participe à la campagne napoléonienne d’Allemagne de 1813 comme caporal ; il est blessé à Leipzig et fait prisonnier ; il sera retenu captif jusqu’au retour des Bourbons au pouvoir (Louis XVIII en 1814)

 

Pierre HERVÉ

Né en 1778 à La Gacilly

Père François HERVÉ

Mère Anne GEFFROY

 

Militaire Sous Napoléon

Au 100e régiment d'Infanterie de ligne, du 3 mars 1806 au 28 août 1807

Militaire Sous Napoléon Au 100e régiment d'Infanterie de ligne

 

 

 

 

 

 

 

Jean NOBLET

  • Cultivateur Rue La Fayette LA GACILLY

Militaire Sous Napoléon
Simple soldat au 5° Léger, a fait la campagne de 1813

 

 

 

Julien MORICE

Né le 01/07/1793 La Gacilly

Décédé le 27/07/1850

  • Père : Joseph MORICE,
  • Mère : Marie Joseph I BRUC
  • Épouse Marie BOUCHER

Il était blatier d’abord quartier Saint-Nicolas puis rue La Fayette ; avec son épouse ils habitaient la maison cadastrée 1561 en 1836 qui appartenait à son oncle Emmanuel Morice laboureur puis marchand à La Gacilly. Ils eurent onze enfants dont cinq décédèrent en bas âge.

Militaire Sous Napoléon

Au 140e régiment d'infanterie de ligne, du 12 février 1813 au 2 décembre 1813 et au Bataillon des sapeurs de la garde impériale du 16 juillet 181 au 6 août 1814

-Resté simple sapeur, dans l’indigence, a reçu 50fr une fois

Militaire Sous Napoléon Au 140e régiment d'infanterie de ligne,

 

 

Julien Marie  MORICE


Né le 23/03/1792

  • Père : Julien MORICE,
  • Mère : Jeanne THOMAS

Charpentier


Militaire Sous Napoléon
Au bataillon des sapeurs de la garde impériale, Numéro 242, arrivé au corps le 13/05/1813

Militaire Sous Napoléon Au 140e régiment d'infanterie de ligne

 

Jean Marie MOURAUD.

Né à la Gacilly

Père : Pierre. MOURAUD

Mère : Françoise SERO

Militaire Sous Napoléon

19e régiment d'infanterie de ligne, 17 novembre 1812 au 12 avril 1813

Numéro de Matricule 13044

Militaire Sous Napoléon au 19e régiment d'infanterie de ligne

 

François René PERCHEUIL

Né le 8 aout 1786 à la Gacilly

Père : Joseph PERCHEUIL

Mère : Marie MAYEUX

Militaire Sous Napoléon

Au 25e régiment d’infanterie de ligne, 1er thermidor an XII [20 juillet 1804] au 10 septembre 1808

Numéro de Matricule =5438

 Militaire Sous Napoléon au 25e régiment d’infanterie de ligne,

 

 

Joseph François PIGNAUD

Né le 06/07/1789 La Gacilly

  • Père : Guy Louis PIGNAUD
  • Mère : Françoise DAMOUR

Militaire Sous Napoléon

Au 19ème régiment d'Infanterie de ligne du 28 juin 1806 au 6 novembre 1808
Décédé à l’hôpital le 30/octobre 1810, commune de Salamanque en Espagne

Militaire Sous Napoléon en 1806

 

 

Jean PIGNAUD.

Né le mars 1793 à la Gacilly

Père : Guy Louis PIGNAUD.

Mère : Françoise DAMOUR

Profession : Tambour

Militaire Sous Napoléon

Au régiment de fusiliers chasseurs, 1806-1814

Numéro de Matricule 6178

Militaire Sous Napoléon, Numéro de Matricule 6178

 

 

 

 

 

 

Joseph PIGUEL


Né le 21/10/1784 La Gacilly

  • Père : Joseph PIGUEL,
  • Mère : Jeanne MAROT

Militaire Sous Napoléon
A fait toutes les campagnes de Prusse et d’Espagne en qualité de tambour-maître au 8° régiment de ligne,

 

 

Julien Saulnier.


Né le 20/05/1795
Décédé le  04/08/1871

  • Père : Jacques-Mathurin-Godefroy SAULNIER,
  • Mère : Scolastique-Marie ÉON

Militaire Sous Napoléon
Engagé volontaire en juin 1813, au 3° régiment de la Garde d’Honneur, 7° escadron, 7° compagnie, a fait les campagnes de 1814 et de 1815,

 

Jacques TEXIER


Né le 09/02/1785 La Gacilly

  • Père : Pierre TEXIER,
  • Mère : Marie AUDRAN

Militaire Sous Napoléon
au 106e régiment d'infanterie de ligne armée Napoléonienne (garde impériale et de l’infanterie de ligne)

Il fut tué sur le champ de bataille de Tréviste le 16/04/1809

Militaire Sous Napoléon au 106e régiment d'infanterie de ligne

 

Image retour haut page ou article au-dessus

 

 

BAGNE DE GUYANNE

Le 30 mai 1854, sous le Second Empire, une loi relative aux travaux forcés officialise la création du bagne de Cayenne, en Guyane. L'objectif est de remplacer les bagnes des ports métropolitains, Rochefort, Brest et Toulon, mais aussi de peupler la colonie.

  • La « terre de la Grande Punition »

Dès la Révolution, Cayenne a accueilli des proscrits royalistes arrêtés à la suite du coup d'État du 18 Fructidor (4 septembre 1797). 65 députés et 35 journalistes furent ainsi condamnés à la « guillotine sèche ». À la suite du coup d'État de Napoléon III, la Guyane reçut encore trois mille prisonniers.

À partir de 1854, les bagnards, dits « transportés », sont astreints à des travaux forcés et parqués dans différents camps, à Cayenne mais aussi à Saint-Laurent-du Moroni, Sinnamary ou encore aux îles du Salut. Selon le principe du « doublage », les survivants ont l'obligation de résider dans la colonie pendant autant de temps qu'ils y ont été incarcérés, voire toute leur vie si leur peine est supérieure à huit ans. Ils reçoivent pour leur subsistance un lot de terres.

L'administration pénitentiaire espère de la sorte contribuer à la mise en valeur de la colonie, comme avec les convicts anglais en Australie. Mais sous le climat tropical, dans une nature profondément hostile, avec des hommes détruits par la brutalité de leur détention, cette tentative se solde par un échec total. En 1867, du fait d'une trop grande mortalité parmi les Européens, le bagne est réservé aux condamnés des colonies.

Les condamnés de la métropole sont alors dirigés vers le bagne de Nouvelle-Calédonie, ouvert en 1864, dix ans après Cayenne, suivant un décret signé par Napoléon III le 2 septembre 1863. Il va accueillir 22 000 « transportés » jusqu'à sa suppression en 1887, en raison de conditions de détention jugées trop... douces.  Il s'agit de condamnés de droit commun mais aussi politiques. De 1872 à 1878, vingt-deux navires vont ainsi amener sur l'île près de 4 500 Communards, dont l'institutrice Louise Michel, et 90 déportés kabyles coupables de s'être rebellés contre la République en 1871.

La loi de relégation du 27 mai 1885 astreint à résidence en Guyane les condamnés récidivistes et certains petits délinquants. Certains de ces « relégués » sont astreints au travail forcé, d'autres simplement détenus. Parmi eux, le capitaine Alfred Dreyfus, incarcéré de mars 1898 à juin 1899 sur l'île du Diable, l'une des trois îles du Salut.

Le bagne sort avec lui de l'anonymat, et un peu plus tard, dans les années 1920, le journaliste Albert Londres va dénoncer avec brio les conditions d'incarcération. « Ici, morts vivants, dans des cercueils - je veux dire des cellules -, des hommes expient, solitairement », écrit-il devant des cachots de quatre mètres carrés.

Le 17 juin 1938, Gaston Monnerville, petit-fils d'esclave guyanais devenu sous-secrétaire d'État aux Colonies, fait voter une loi prévoyant enfin la suppression du bagne de Cayenne. Celle-ci ne deviendra effective qu'en 1946, quand la colonie sera érigée en département d'outre-mer.

Au total, la Guyane aura accueilli 52 000 « transportés » et 16 000 « relégués » ; la Nouvelle-Calédonie, 20 000 « transportés » et 10 000 « transportés ».

  • La Guyane, terre de tous les mirages

La Guyane est la seule dépendance d'outre-mer avec des frontières terrestres (à part l'île antillaise de Saint-Martin, partagée entre la France et les Pays-Bas). Grande comme le Massif central (83 000 km2) et peuplée de seulement 250 000 habitants (2017), c'est un pan de l'immense massif forestier amazonien.

Des marins normands abordent le rivage vers 1637 et l'amiral Jean d'Estrées occupe en 1676 la presqu'île de Cayenne, capitale de la région. Sur le littoral s'installent quelques plantations esclavagistes semblables à celles des Antilles.

Au siècle suivant, en 1763, le gouvernement de Louis XV tente de mettre en valeur cette région inhospitalière, aussi appelée « France équinoxiale », de la même façon qu'il a tenté de coloniser la Louisiane. Autour de Kourou, il lance des travaux de drainage à la façon des voisins hollandais et fait venir des paysans européens de toutes origines. Total échec.

Revendiquée par les Hollandais, les Anglais et les Portugais, la Guyane est définitivement attribuée à la France en 1817, sur une décision du congrès de Vienne. Comme tous les habitants des « vieilles colonies » héritées de l'Ancien Régime, les Guyanais reçoivent la citoyenneté française et le droit de vote en avril 1848, en même temps qu'est aboli l'esclavage.

Victime de la mauvaise image colportée par les bagnes, la Guyane sort à nouveau de l'anonymat en 1964, quand le général de Gaulle décide d'implanter une base de lancement de fusées à Kourou, près de l'Équateur et donc à une latitude idéale pour les vols spatiaux. Le Centre Spatial Guyanais, utilisé par tous les opérateurs européens et même russes, fait aujourd'hui la fierté du département sans pour autant nourrir sa prospérité. Son personnel essentiellement européen vit en vase clos, à l'écart de la population métissée et de ses problèmes.

 

BAGNE DE NOUVELLE CALÉDONIE

Le bagne a profondément marqué l'histoire de la colonisation de la Nouvelle-Calédonie alors que cette expérience de peuplement a été un échec. La racine bagnarde dans le peuplement colonial est un fait longtemps mal vécu par les calédoniens, même si les libérés dans leur grande majorité n'ont pas eu de descendance. La génération actuelle s'est enfin décidée à assumer ce passé dont elle n'a pas à avoir honte et à surmonter un complexe que ne justifiait en rien la génétique.

Le bagne reste néanmoins un épisode douloureux et une utopie de plus dans les projets de peuplement coloniaux de la Nouvelle-Calédonie.

L'échec de l'objectif de peuplement

L'objectif de colonisation pénale était officiellement de peupler la colonie de la Nouvelle-Calédonie et de "régénérer" les condamnés. A partir de 1869 l'administration institua des concessionnaires pénaux auxquels elle attribua des terrains de 4 à 5 hectares qu'ils devaient mettre en valeur pour en obtenir à terme la pleine jouissance. Ils devaient ainsi se réhabiliter par le travail, l'objectif étant de créer, vallée après vallée, des colonies de paysans. C'était le grand dessein du gouverneur Guillain. Les concessions étaient attribuées à l'origine aux meilleurs sujets à la fin de leur peine. A partir 1878 l'accès aux concessions fut étendu aux condamnés en cours de peine. Avec cette nouvelle réglementation et à partir de 1882, sous l'impulsion du gouverneur Pallu de la Barrière qui voulait vider le bagne, le rythme d'octroi des concessions augmenta fortement jusqu'à ce que les colons libres, exaspérés, obtinrent à partir de 1886 une plus grande rigueur. Il s'en suivi une décrue. Il y eut aussi une politique de transportation de femmes qui manquaient car la colonie en avait peu qui puissent accepter de se marier avec des libérés.

En 1897, à la fin de la transportation au bagne, il y avait 1 700 colons pénaux en Nouvelle-Calédonie. En rapprochant ce chiffre des 22 000 condamnés envoyés en Nouvelle-Calédonie on mesure l'échec de la colonisation pénale.

Les femmes du bagne de Nouvelle-Calédonie

Des femmes volontaires étaient recrutées dans les prisons de métropole.

Ces condamnées sont transportées en Calédonie de 1870 à 1887.

Elles étaient confiées aux soeurs de St Joseph de Cluny jusqu'à leur mariage avec un libéré titulaire de terre ou un condamné. La plupart étaient hébergées dans un grand bâtiment conçu pour cela à Bourail. Il était appelé, improprement, le "couvent" et ses pensionnaires avaient en général une moralité qui n'était pas celle de religieuses. C'est lors de leurs sorties, pour laver le linge à la rivière ou pour les offices religieux, que les concessionnaires les choisissaient. Les rencontres étaient ensuite organisées au "kioske", petite maison annexe, sous l'œil vigilant des religieuses qui veillaient à ce que ces rapprochements restent parfaitement pudiques jusqu'au mariage.

Les bagnards libérés ont peu contribué à la colonisation

La loi de 1854 faisait aux transportés condamnés à des peines de plus de 8 ans, interdiction absolue de retourner en Métropole à l'expiration de leur peine. Les condamnés à moins de 8 ans étaient soumis au "doublage" qui était une obligation de résidence de même durée que leur peine. La Métropole pouvait ainsi se débarrasser définitivement de ses délinquants et criminels condamnés au bagne. Résultat, en 1887 la Calédonie comptait près de 6 000 libérés du bagne contre 9 000 colons libres. Le nombre des libérés était de 9 000 en 1906

Très peu de libérés eurent accès aux concessions. L'administration leur préférait des hommes en cours de peine qu'elle pouvait plus facilement contrôler. Dans leur immense majorité ils furent donc "jetés sur les chemins de la colonie avec pour seule perspective la recherche désespérée d'un moyen de subsistance" (Isabelle Merle). La loi de 1854 et les décrets qui suivirent, avaient hypocritement occulté le problème des libérés.

Ils étaient déclarés indésirables à Nouméa et dans les centres de brousse. Sans argent, sans terre pour les nourrir, ils vivaient une existence misérable et nomade, errant sur les routes à la recherche d'un travail chez les colons ou les mineurs. Ils étaient souvent contraints aux larcins. Ils faisaient des petits métiers mais l'administration moralisatrice leur en proscrivait certains (cabaretiers, brocanteurs). Beaucoup s'adonnaient à l'éthylisme. Ces hommes restaient entre-eux, mais que pouvaient-ils faire d’autre ? Ils étaient craints de la population libre qui néanmoins profitait aussi de cette main d'oeuvre et parfois l'exploitait. On tentait de leur interdire l'accès aux tribus où ils contribuaient à l'alcoolisme des hommes et des femmes. On chercha, sans résultat, à limiter administrativement leurs déplacements. On les accusa de tous les maux. Tout concourait à les marginaliser, les nomadiser et à ne pas leur offrir la moindre de chance de se réhabiliter.

Les libérés laissaient, on s'en doute, peu de descendants et officiellement encore moins.

 

 

 

Bagnards Gaciliens

 

fiche du  bagnard CLAIRO

 

 

 

 

 

 

Olivier Marie CLAIRO (affaire CLAIRO cliquer ici)

Né le 10 Mai 1808 à Allaire

Père Joseph CLAIRO

Mère Julienne CHEDALEUX

Epouse Yvonne Marie ROLLAIS

Profession Tisserand à Cournon

 

 

 

 

 

 

 

 

Mathurin JEHANNE

Né le 1 Avril 1887 à La Gacillly

Profession Chiffonnier

Plus de details

http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/bagnards_dossiers_individuels/

 

Julien Marie HALLIER

Né à La Gacilly

Père Guillaume HALLIER

Plus de details

http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/bagnards_dossiers_individuels/

 

Julien RABIN

En 1846

 

 

Jeanne Marie AUDRAN

Née à  La Gacilly

Plus de details

http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/bagnards_dossiers_individuels/

Image retour haut page ou article au-dessus

 

 

GUERRE DE 1870

Elle éclate le 19 juillet 1870. Le lendemain, une loi est votée appelant la garde mobile à l'activité. Cinq bataillons sont formés dans le Morbihan ; le cinquième recrute à Vannes. Le 4 août, le gouvernement nomme les chefs de bataillon. A Vannes, c'est Armand Filhol de Camas, un colonel en retraite de 56 ans qui accepte de servir dans un grade inférieur. Un arrêté préfectoral du 18 août 1870 mobilise tous les jeunes gens des classes 1865 à 1869 inclus. Le 25° régiment d'infanterie en garnison à Vannes est parti aussitôt pour le front de l'est et donc la caserne de Nazareth est vide. Les jeunes recrues y sont réunies et formées par compagnies, une par canton. Le 28 août, les cinq bataillons du Morbihan sont groupés en un régiment, le 31° Mobiles sous le commandement du colonel de Camas qui retrouve ses galons. L'improvisation est la règle, les hommes ne reçoivent pas d'uniformes dans un premier temps et sont armés de vieux fusils à piston. Ils partent pour Paris par le train le 11 septembre 1870, bombardes et binious en tête, la plupart sont encore en costume breton. Le bataillon reviendra à Vannes le 15 mars 1871 après la capitulation de Paris et sera licencié après un dernier défilé de la gare à l'hôtel de ville Elle éclate le 19 juillet 1870. Le lendemain, une loi est votée appelant la garde mobile à l'activité. Cinq bataillons sont formés dans le Morbihan ; le cinquième recrute à Vannes. Le 4 août, le gouvernement nomme les chefs de bataillon. A Vannes, c'est Armand Filhol de Camas, un colonel en retraite de 56 ans qui accepte de servir dans un grade inférieur. Un arrêté préfectoral du 18 août 1870 mobilise tous les jeunes gens des classes 1865 à 1869 inclus. Le 25° régiment d'infanterie en garnison à Vannes est parti aussitôt pour le front de l'est et donc la caserne de Nazareth est vide. Les jeunes recrues y sont réunies et formées par compagnies, une par canton. Le 28 août, les cinq bataillons du Morbihan sont groupés en un régiment, le 31° Mobiles sous le commandement du colonel de Camas qui retrouve ses galons. L'improvisation est la règle, les hommes ne reçoivent pas d'uniformes dans un premier temps et sont armés de vieux fusils à piston. Ils partent pour Paris par le train le 11 septembre 1870, bombardes et binious en tête, la plupart sont encore en costume breton. Le bataillon reviendra à Vannes le 15 mars 1871 après la capitulation de Paris et sera licencié après un dernier défilé de la gare à l'hôtel de ville Si les victimes des guerres de 14-18, de 39-45 et d’Algérie sont inscrites sur les monuments aux morts des communes, celles de la guerre de 1870 contre les Prussiens ont été oubliées.

Création de l’armée de Bretagne

Constituées d’unités de gardes mobiles, les armées de l’Est, de la Loire, de l’Ouest, puis du Nord sont créées afin de défendre la capitale. Dans les départements des comités de défense sont mis en place dans chaque arrondissement et doivent pouvoir s’appuyer sur tous les gardes nationaux.

Par un décret en date du 29 septembre, le gouvernement demande aux préfets d’organiser immédiatement des compagnies de gardes nationales mobilisées. Cela concerne les hommes âgés de 21 à 40 ans, non mariés ou veufs sans enfants, ainsi que les volontaires n’appartenant ni à l’armée régulière ni à la garde nationale mobile. Pour mobiliser l’opinion, le préfet s’appuie sur la devise des Bretons « plutôt mourir que de se souiller », car « dans cette énergique et opiniâtre résistance se trouve donc non seulement le devoir et l’honneur, mais aussi le salut ».

Les armes qui servent aux soldats morbihannais sont fournies au préfet par les dépôts d’artillerie de Brest, de Lorient ou de Bayonne. Celui-ci, aidé des sous-préfets les redistribue localement.

Appel aux volontaires pour faire partie de la garde nationale sédentaire, extrait de l'affiche, 14 août 1870. Archives départementales du Morbihan,

Outre les hommes et les armes, les chevaux sont également réquisitionnés pour participer à la guerre. Les juments Margot et la Poulle, prêtées par un marchand de beurre de Questembert, en reviendront fatiguées et malades, selon l’expertise d’un vétérinaire.

Le 22 octobre 1870 est constituée l’armée de Bretagne, qui doit permettre de renforcer l’action des Armées de la Loire et du Nord3. De Keratry, député du Finistère, est chargé, par Léon Gambetta, du commandement en chef des gardes mobiles et mobilisées, ainsi que des Corps francs de l’Ouest, constitués de volontaires. Il entame une tournée de recrutement dans les départements bretons. Il est à Lorient puis à Vannes le 30 et 31 octobre. Les soldats en partance se placent sous la protection divine. Des pèlerinages sont organisés, plus de 200 mobilisés des cantons de Baud et Locminé se rendent à Sainte-Anne-d’Auray le 30 octobre4. Une cérémonie religieuse est organisée par Mgr Bécel à la cathédrale de Vannes en présence des autorités civiles et militaires le 4 décembre 18705.

Au nord-ouest du Mans, les habitants de Conlie voient débarquer par train des troupes bretonnes démunies d’armes et de matériels de campement, habillées pauvrement, chaussées de sabots et coiffées de larges chapeaux à ganses noires. Ils y rejoignent le campement de de Keratry. Peu d’entre eux parlent français, même parmi les officiers. De plus, ils doivent affronter la neige et la boue des mois d’hiver ainsi que la maladie. Dès décembre, le camp est évacué ; les Morbihannais sont cantonnés dans la proche forêt de Sillé-le-Guillaume. Le 11 janvier se déroule la bataille du Mans qui se solde par une défaite décisive pour la France. Le 20 janvier 1871, le gouvernement de la Défense nationale se résout à demander l'armistice. Celui-ci est signé à Versailles le 28 janvier.

Le Morbihan, terre de repli

À l’arrière du front, le département prend une part active à la défense nationale. Le sous-préfet de Lorient indique au préfet du Morbihan : « depuis le 4 septembre, le port militaire [e Lorient a abandonné son travail habituel et a commencé la confection du matériel roulant d’artillerie pour canons de 4 et de 12. L’établissement de M. Trottier les forges guerre de 1870 bataille du MANSd’Hennebont] a été mis au service de la défense nationale. On y fabrique des quantités énormes de gamelles, de bidons et autres objets de campement. La production a été poussée dans cette usine jusqu’à ses dernières limites. L’ancienne maison Guilloteaux de Lorient a fabriqué des bouchons détonants pour fusées percutantes, des pièces de forges pour notre matériel d’artillerie départementale ».

Sur le plan sanitaire, Vannes accueille plusieurs centaines de blessés. Un comité départemental de secours aux blessés est créé pour faire face à l’afflux de réfugiés et de blessés ; il gère les ressources en argent et en linge, le transport des blessés et leur placement chez des particuliers, ainsi que les soins médicaux. Le collège Saint-François Xavier sert ainsi à la fois de caserne et d’hôpital. 300 gardes mobiles du Morbihan sont installés dans les salles de classes du rez-de-chaussée.

Après la défaite du Mans, les mobilisés du Finistère se replient sur Vannes, en particulier sur le port et le plateau de la Garenne. La population se plaint de la saleté et de l’attitude de certains soldats.

 

 

Pourtant cinq Gaciliens périrent à cause de cette guerre.

1. Joseph Marie BERTHAUX né à La Gacilly le 17 mars 1845, fils de Julien et Julie Froc. Il décéda à l’hôpital de Châlons-sur-Marne le 11 août 1871 à l’âge de 26 ans. Il était sergent au 4° de ligne. L’acte de son décès ne parvint à la mairie de La Gacilly que le 12 juin 1872.

2. Pierre Julien GLET né à La Gacilly, âgé de 26 ans, de la Haute-Bardaye, fils de Joseph et de Jeanne Labarre, il fut tué à la bataille de Rézonvile près de Metz le 18 août 1870 alors qu’il était soldat au 10° régiment de ligne. L’acte de décès ne parvint à la mairie de La Gacilly que le 16 février 1872.

3. Julien Louis PROVOST né à La Gacilly, fils de Julien et Mathurine Chesnais, âgé de 46 ans, fut blessé de deux balles lors de l’attaque du village de Servigny-Les-Sainte-Barbe le 31 août 1870. Les forces françaises se retirèrent en abandonnant leurs blessés sur le champ de bataille. Il est donc supposé décédé ce jour-là alors qu’il était sergent au 1° régiment d’infanterie de ligne. L’acte de décès ne parvint à la mairie de La Gacilly qu’en mars 1873.

4. Joseph Marie FICHET né le 11 mars 1844 à La Gacilly, fils de Mathurin et Marie Dubois, âgé de 29 ans, soldat au 49° régiment de ligne. Le 3 août 1870, parti pour rejoindre les bataillons actifs de son régiment, il ne reparu jamais. Les Prussiens signalèrent par la suite que le 13 novembre 1870 un jeune soldat français décéda à Breslau des suites d’une dysenterie. L’acte de décès ne parvint à la mairie de La Gacilly qu’en mars 1873. 5. Armand SOULAINE né à La Gacilly le 16 mars 1840, fils de Jean Baptiste et de Julienne Béranger, âgé de 30 ans, mobilisé pour la guerre de 1870 comme garde à la légion de Vannes, décéda à l’hospice de Saint-Brieuc le 28 janvier 1871. L’acte de décès ne parvint à la mairie de La Gacilly qu’en mai 1873 Campagnes Napoléoniennes La campagne d'Allemagne, dont la campagne de Saxe est la partie centrale, est la suite de la campagne de Russie de 1812 et précède la campagne de France de 1814. Elle se déroule au cours de l'année 1813 et constitue le véritable tournant de la guerre liée à la Sixième Coalition. Les États allemands soumis par Napoléon, devant ses premières défaites, se retournent contre lui l'un après l'autre et se joignent à la Sixième Coalition autour de la Russie. Après la bataille de Leipzig, du 16 au 19 octobre, l'armée française vaincue doit se replier vers la France

Image retour haut page ou article au-dessus

 

 

 

  • GUERRE 14-18

 

GACILIENS  Morts pour la France

ALLANIC Joseph Marie Ambroise - AUDRAN Joseph Marie - AUVRAY Raphaël Joseph Marie - AYOULJoseph Marie - BELLAVOIR Jean Marie Désiré - BERNARD Jean Marie - BERRIEN Thomas Marie Guillaume - BIZEUL Joseph Marie - BOUCHER Pierre Marie François - BOUCHER Jean Marie Désiré - BOUCHER Alexis Marie - BOUCHER Joseph Marie Thomas Mathurin - BOUCHER Pierre Marie Joseph - BRETON Gustave Joseph - BRIENT Pierre Marie - BRIENT Jean Marie Désiré - BURBANJran Marie - CHEFDOR Jean Marie Mathurin - CHEVAL François Michel Marie - CHEVAL Jean Marie Désiré - COUË  Victor Jean Marie - COURLIER Albert Joseph Marie - DANET Jean Louis - DANION Louis Marie - de LONGEAUX Marie Joseph Xavier Jean - de LONGEAUX Henri Anne Marie Albert - DEBRAYJoseph - DÉSILLE Hyppolite Louis Marie Joseph - DIGUET Pierre Marie - ÉPAILLARD Armand Julien Jean Marie - ÉTRILLARD Jean François - FLEURY Jean Baptiste - GASCARD René Julien - GASCARD Pierre Marie Julien - GAUDIN Jean Marie Désiré - GÉRARD Pierre Marie - GLET Albert Joseph Marie - GOUPIL Théophile Jean Marie - GRU Désiré Marie - GUÉHÉNEUCAuguste Joseph Marie - GUILLASDésiré Joseph Marie Jugon - HALLIER Mathurin - HERVY Pierre Marie - JOLY Julien Marie - JOUBIN Joseph Camille - LAURENT Victor - LE CHÊNE Jean François Marie - LE FIERDEBRAS Pierre Marie - LECOQ Pierre Marie - LEFEUVREMaxime François Marie

MARCHAND Jean Marie - MARTEL Joseph Marie - MAUVOISIN François Louis Marie - MAUVOISIN Louis Marie - NAËLFrançois Marie - PERRIGUE Louis - POIRIERFrançois Marie - POLIGNÉ Auguste Marie - POLIGNÉ Emmanuel - QUIBANJoseph Marie - ROBERT  Jean Marie Joseph - ROBERT Théophile Julien Marie - ROBERT Henri Marcel Marie - ROUSSEAU Charles Constant - SALOUX  Jean Marie - SALOUX Pierre Marie - SALOUX Marcel Victor Marie - SEVESTRE Jean Baptiste - SILORET Louis Marie - SIMONAlbert Jean Marie - SOREL Julien Marie - SOULAINE Joseph - SOULAINEJoseph Marie - SOULAINE Jacques Marie - TATARD Louis Joseph - TEXIER Jean Marie - THOMAS Pierre Marie - THOMAS Jean Marie - VINCENT Pierre Marie - VINCENT Baptiste Pierre Marie

 

 

GACILIENS  Morts pour la France Inscrits au Monument aux Morts

 

Monument aux Morts à la Gacilly

 

Monument aux Morts

M. Rio, sous-secrétaire d'Etat de la marine marchande, a présidé, le 26 juin 1922, la cérémonie de l'inauguration du monument aux morts de La Gacilly

 

Afin de faciliter la lecture des fiches qui vont suivre, voici la signification de certaines abréviations utilisées : 

 

1 – 5D1915 se traduit par décès n°5 de l’année 1915 sur les registres d’état civil aux Archives Départementales de Vannes. Si le D est remplacé par un N, il s’agit d’une naissance et s’il est remplacé par un M, il s’agit d’un mariage.

2- le signe O indique une naissance, X indique un mariage et + indique un décès.

3- LM p.707 : il s’agit de la fiche 707 dans le recueil des Livrets Militaires aux Archives départementales de Vannes.

 

ALLANIC   Joseph  Marie  Ambroise  

NAISSANCE : 7-12-1880 à LA GACILLY  (31 n 80-p. 443)

  Père : ALLANIC Joseph, 31 ans, menuisier à La Gacilly

  Mère : JÉHANNE Rose, 31 ans, ménagère

  Témoins : Joseph Texier 57 instituteur à LG et Templé Jean 40 marchand à  LG

MÉTIER : menuisier à La Gacilly

MARIAGE : 26-9-1904 à Pipriac avec HUET Anne Marie

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 19- Dispensé (art 22) pour soutien de famille. Service militaire en 1901

Classe : 1900                        Recrutement : 915 Vannes (LM p. 707)          

Affectation :    2° classe au 2° RI à Granville puis  sapeur de 2° classe au 6° Génie d’Angers               

Matricule : 010571 bis         Aux Armées : 11-8-1914

MPF : 29-12-1915 à Habarcq (Pas de Calais) : décédé des suites de blessures de guerre dans l’ambulance

Inscription: 27-10-1921 à Pipriac                                                          ( voir Frères)

 

 

ALLANIC Joseph    MPF : 29-12-1915 à Habarcq (Pas de Calais)

 

 

AUVRAY  Raphaël  Joseph  Marie      

 

NAISSANCE : 14-10-1881 à LA GACILLY  (38 n 81-p.11)

Père : AUVRAY  Louis, 28 ans, charron à La Gacilly  ( + 2-3-1887 LG)

Mère : CHANTREAU Jeanne, 25 ans, ménagère

Témoins : Potier Vincent 27 clerc de notaire à LG et Etrillard Ernest 21 clerc de notaire à LG 

MÉTIER : tailleur de pierres à la Bouère

MARIAGE : 21-6-1904 à La Gacilly avec SOREL Marie Julienne née le 22-5-1881, domestique à la Bouère

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 54 -Dispensé (art 21) : frère au service. Service militaire en 1902.

Classe : 1901                               Recrutement : 1830 Vannes (LM p. 576)

Affectation : soldat de 2° classe au 316° Rég. d’Infanterie à Vannes                                               Matricule : 013546

MPF : 17-4-1915 à La Gacilly ; en convalescence pour pneumonie et grippe contractées en service

SÉPULTURE : cimetière de  La Gacilly

Inscription : 12 D 1915 à La Gacilly                                                              (voir Frères)

AUVRAY Raphaël Joseph MPF   le17-4-1915 à La Gacilly

 

 

BELLAVOIR  Jean Marie Désiré

 

NAISSANCE : 17-9-1896 à LA GACILLY  (37 n 96 p. 76)

  Père : BELLAVOIR Jean Marie, 28 ans, cultivateur à Saint-André

  Mère : AUDRAN Jeanne, 24 ans, cultivatrice

  Témoins : Lafage Jean 31 instituteur à LG et Ayoul Jean 53 garde-champêtre à LG

MÉTIERS : cultivateur à St-Jugon à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 4           Classe : 1916                          Recrutement : 296 Vannes

Affectation : soldat  de 2eme classe au 70° Rég. d’Infanterie Matricule : 9983 Aux armées : 8-4-1915

MPF : blessé au Mont Cornillet à Prosnes (Marne). Décédé le 1-5-1917 à l’hôpital d’évacuation n° 1 à Bouy (Marne) : blessures de guerre

SÉPULTURE : à Souain-Perthes-Les-Hurlus (Marne) : nécropole de la Crouée ; tombe individuelle n° 5611

Inscription : 15-2-1919 à La Gacilly (9 D 1919)

BELLAVOIR Jean Marie MPF : Décédé le 1-5-1917 à l’hôpital d’évacuation n° 1 à Bouy


 

BERNARD  Jean Marie

 

NAISSANCE : 29-5-1881 à la Brulais en Pierric (44) 

Père : BERNARD  Julien, 53 ans,  cultivateur à Pierric puis à la Bouère à La Gacilly

Mère : GAUTHIER Louise

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 15      Classe : 1901       Recrutement : 1793 Vannes (LM p 510)

Affectation : cavalier de 1ère classe au 2° Rég de chasseurs puis au 28° RA de Vannes

Matricule : 14869

MPF : réformé le 9-12-1914-pour cause de maladie (bacillose pulmonaire).

     Décédé le 11-3-1915 à La Gacilly

SÉPULTURE : cimetière de La Gacilly

Inscription : 8 D 1915 à La Gacilly

 


 

BERRIEN  Thomas Marie Guillaume

 

NAISSANCE : 1-1-1890  à GOURIN

Père : BERRIEN François, 29 ans, maçon à Gourin. Arrivé à La Gacilly vers 1910 comme facteur des postes.   (+ 10-5-1913 à La Gacilly à 53 ans.)

Mére : LE POSTOLLEC Marie, 39 ans, ménagère

MÉTIER : journalier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision :  1          Classe : 1910       Recrutement : 1282 Vannes (LM p. 423)

Affectation : engagé volontaire  pour 3 ans le 14-5-1908  puis adjudant au 47° Rég. d’Infanterie

Matricule : 4250                                                   Aux Armées : 6-8-1914.

BP 11-1914: Blessure à la jambe

MPF : disparu le16-6-1915 à ÉCURIE (Pas-de-Calais) , banlieue d’ARRAS

Jugement : décès fixé au 16-6-1915 par le tribunal de Vannes le 18-1-1921

Inscription : 27-1-1921 à La Gacilly (4 D 1921)                                            (voir Frères)

 

BERRIEN Thomas Marie Guillaume MPF : disparu le16-6-1915 à ÉCURIE (Pas-de-Calais

 

 

 

BIZEUL  Joseph Marie

 

NAISSANCE : 31-12-1880 à LA GACILLY  (32 n 80 p. 443)

     Père : BIZEUL François, 29 ans, cultivateur à la Bouère (né à Malansac le 21-12-1856)

     Mère : CHEVAL Julienne, 27 ans, ménagère (née à la Bouère le 2-12-1853)(x9-1-1875 LG)

     Témoins :   Texier Joseph 57 instit à LG et Bellamy Jean 24 cultivateur au Tay

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

MARIAGE : avec Proudy Marie Louise

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 31- Ajourné pour défaut de taille (1,54 m), idem en 1901 et 1902-Service militaire 1903

Classe : 1900                 Recrutement : 927 Vannes (LM p. 722)                 

Affectation : soldat de 2° classe au 216° Rég. d’Infanterie  puis au 238°  RI en 1916

Matricule : 0941           Aux Armées : 12-8-1914

Rencontre avec Pierre TUAL le 22-5-1915 à Hartennes  (Aisne)

MPF : 1-8-1918 au Bois de la Tournelle (Aisne) au nord de Château-Thierry : tué à l’ennemi

Inscription : 8-3-1919 à La Gacilly (11 D 1919)

BIZEUL Joseph Marie -MPF : 1-8-1918 au Bois de la Tournelle (Aisne) au nord de Château-Thierry

 

 

 

BOUCHER  Alexis Marie 

 

 NAISSANCE : 15-2-1891 à LA GACILLY   (2 n 91 p.19)

Père : BOUCHER Joseph, 42 ans, marchand à La Gacilly

Mère : GLET Anne Marie, 38 ans, ménagère

Témoins : Garel Célestin, 33 instiuteur à LG et Ayoul Jean 47 garde-champêtre à LG

MÉTIER : manœuvre à Pontchâteau

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 10              Classe : 1911            Recrutement : 636 Vannes (LM p.198)

Affectation : soldat de 2° classe au 1° Rég. de Zouaves -12°Cie

Matricule : 11026                                                          Aux Armées : 4-9-1914

MPF : 17-9-1914 à Carlepont (Oise) : blessures multiples par balles

Inscription : 8-2-1915 à La Gacilly (7D1915)                                                ( voir Frères)

  BOUCHER Alexis Marie -MPF : 17-9-1914 à Carlepont (Oise)

 


 

BOUCHER  Joseph Marie Thomas

 

NAISSANCE : 21-12-1892  à  LA GACILLY    (56 n 92 p.16 )

  Père : BOUCHER Joseph, 32 ans, marchand à la Bouère

  Mère : JOUIN Jeanne, 28 ans, marchande

  Témoins : Garel Célestin 34 instituteur à  LG et Ayoul Jean 48 garde-champêtre à LG 

MÉTIER : commerçant à La Gacilly

MILITAIRE :

 Conseil de Révision : 144           Classe : 1912      Recrutement : 562 Vannes (LM p. 113)

Affectation : soldat de  2° classe au 3° Rég. de Zouaves au dépôt de Sathonay-41° Cie    

Matricule : 010973                                                 Aux Armées : 11-5-1915

BP 8-1916 : Joseph BOUCHER de la Bouère a été blessé dans les combats de la Somme. Un éclat d’obus lui a traversé le genou. Il écrit lui-même que sa jambe est aussi bien que possible.

MPF : 30-10-1918 à l’hôpital d’évacuation 36 - SP164 à Abbécourt (Oise) suite à blessures de guerre

Inscription : 28-8-1919 à La Gacilly (24 D 1919)                                                    ( voir Frères)

Citation  à  l’ordre de la 91° brigade le 4-5-1917 « Volontaire, patrouilleur d’élite, a pris part à de nombreuses affaires. Blessé deux fois et revenu au front, s’est encore distingué en forçant l’admiration de tous par son énergie et sa belle tenue pendant les combats du 17 au 20 avril 1917. »

 

BOUCHER Joseph Marie MPF : 30-10-1918 à l’hôpital d’évacuation 36 - SP164 à Abbécourt

 

 

 

BOUCHER  Jean Marie

 

NAISSANCE :   7-11-1888 à LA GACILLY  (42 n 88 P.non indiquée )

Père : BOUCHER Jean Marie, 34 ans, cultivateur au Lieuvy de Bas

Mère : BOUCHER Jeanne Marie, 22 ans, cultivatrice

Témoin : Boucher Joseph, 55 ans, cultivateur au Lieuvy 

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE : Conseil de Révision : 115  Classe : 1908  Recrutement : 1262 Vannes(LM p.435)  

Affectation : soldat de 2° classe au 118° Rég. d’Infanterie à Quimper   Matricule : 03546

Aux Armées : le 8-8-1914

BP 3-1916 : depuis longtemps, on était sans nouvelle de Jean Boucher du Lieuvy. Sa famille a appris d’une façon hélas qui ne laisse plus aucun doute (quoique la nouvelle ne soit pas officielle)  qu’il est tombé vers Octobre 1914.

MPF : disparu le 30-9-1914 à Aveluy (Somme)

Jugement : décès fixé au 30-9-1914 par le tribunal de Vannes le 3-7-1920

Inscription : 23-7-1920 à La Gacilly (16-D-1920)

BOUCHER Jean Marie MPF : disparu le 30-9-1914 à Aveluy (Somme)


 

BOUCHER  Pierre Marie Joseph

 

NAISSANCE :   1-2-1897 à LA GACILLY (6 n 97 p. 84)

Père : BOUCHER Pierre-Marie I, 43 ans, cultivateur à Brozhéas 02/01/1854

Mère : SALOUX Marie-Louise , 38 ans, cultivatrice-26/01/1893

H Julien Etienne Jugon BOUCHER 1904-

Témoin : Guezais Pierre, 44 ans,  cultivateur à La Gacilly

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 13              Classe : 1917                          Recrutement : 1180 Vannes

Affectation : soldat de 2° classe au 93° Rég. d’Infanterie- 10Cie                    

Matricule : 12303                                                                      Aux Armées : 13-10-1916

MPF : 23-4-1917 à Malbati ( Aisne). Tranchée de Brahms au nord du hameau de Troyon, commune

            de Troyon-Vendresse : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : nécropole nationale de Cerny-en-Laonnois ; tombe individuelle n° 108

Inscription : 30-8-1917 à La Gacilly (21 D 1917)                                                                                                                           (voir Frères)

 BOUCHER Pierre Marie - MPF : 23-4-1917 à Malbati (Aisne). Tranchée de Brahms

 

 

 

BOUCHER   Pierre Marie François

 

NAISSANCE : 21-9-1882  à La Gacilly (35 n 82 p.46)

Père : inconnu, enfant naturel

Mère : BOUCHER Marie Anne, 33 ans, ménagère, rue La Fayette à La Gacilly

Témoin :  Benoist Pierre, 37 ans, marchand, voisin

MÉTIER marinier à La Gacilly

MARIAGE : 28-6-1904 à La Gacilly avec BARON Marie Joseph

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 79              Classe : 1902                          Recrutement : 948 Vannes ( LM p.746)

Affectation : sapeur-mineur au 6° Reg. du Génie à Angers           Matricule : 014463

BP 6-1916 : décès de Pierre Boucher mort à l’ambulance des suites d’une grave blessure

MPF : 18-3-1916 à Hargicourt (Somme) à l’ambulance 3/62 suite à des blessures de guerre

SÉPULTURE : nécropole nationale de Montdidier (Somme) ; tombe individuelle n° 5224

Inscription : 27-7-1916 à La Gacilly (21 D 1916)

BOUCHER Pierre Marie François - MPF -SÉPULTURE : nécropole nationale de Montdidier

 

 


 

BRIENT  Jean Marie

NAISSANCE : 30-1-1890  à  LA GACILLY (5 n 90 p.4) puis cultivateur à La Gacilly

Père : BRIENT Georges, 24 ans, cultivateur à la Gourgandaie

Mère : FILLODEAU Marie, 16 ans, cultivatrice

Témoins : Barbier Jules 23 ans instituteur à  LG et Ayoul Jean 46 garde-champêtre à La Gacilly

MILITAIRE : 

Conseil de Révision : 9    Classe : 1910     Recrutement : 1290 Vannes (LM p. 433)                                    Matricule : 01711

Affectation : 2° classe au 2° Rég. de Chasseurs à Cheval, puis au Rég de Cavalerie légère à Pontivy

Aux Armées : le 4-8-1914

BP 7-1918 : nous avons appris la mort au champ d’honneur de Jean Brien du Chêne. C’est une terrible épreuve qui vient de frapper sa famille déjà  récemment si éprouvée.

MPF : 30-5-1918 à la ferme de Frontigny (Aisne) près de Ambleny : blessure de guerre

SÉPULTURE : nécropole nationale Bois-Roger à Ambleny (Aisne), Carré K, tombe individuelle n° 67

Inscription : 29-8-1918 à La Gacilly (22 D 1918)

Citation : n° 226 à l’ordre de la 21° Division d’Inf. du 7-6-1918 (1) et n° 28 à l’ordre du Rég(2)

Croix de guerre avec étoile de bronze et d’argent

1) Cavalier brave et dévoué, blessé mortellement le 30 mai en se portant au combat

2) Le Colonel cite à l’ordre du Rég. pour la bravoure et l’intelligence qu’ils ont apportées à l’exécution de reconnaissance des postes allemands en avant de Fricourt      (voir Frères)

BRIENT Jean Marie = MPF : 30-5-1918 à la ferme de Frontigny (Aisne) près de Ambleny


 

 

BRIENT  Pierre Marie

 

 

NAISSANCE : 3-7-1876  à LA GACILLY  (15 n 76 p.311)

Père : BRIENT Jean Marie, 33 ans, charpentier à la Villio

Mère : AUDRAN Jeanne Marie, 25 ans, ménagère

Témoins : Texier Joseph 53 instituteur à LG et Templé Jean 36 marchand  à LG

MÉTIER : valet de chambre à Sixt puis à Philadelphie(États-Unis

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 11- Dispensé (art 21) frère au service en 1896. Service militaire en 1897 au 90 e R.I   Classe : 1896     Recrutement : 1776 Vannes (LM p. 411)

Affectation : soldat de 1° classe au 288° Rég. d’Infanterie Territoriale à Lorient - 1ere Cie                                                                                  

Matricule : 1867                         Aux Armées : 16-8-1914

MPF : 27-4-1917 à l’hôpital O E  de la Veuve près de Châlons-sur-Marne : suite à des blessures de guerre

Inscription : 6-12-1917 à La Gacilly (39 D 1917)                                                                                                                           (voir Frères)

BRIENT Pierre Marie -MPF : 27-4-1917 à l’hôpital O E de la Veuve près de Châlons-sur-Marne

 

 

 

 

BRETON  Gustave Joseph

 

 NAISSANCE : 25-6-1888  à Paris Ve

Père : BRETON Jean , boulanger

Mère : TEMPLÉ Nathalie

Métier : Instituteur

MILITAIRE : 

Conseil de Révision :                   Classe : 1908                          Recrutement : 674 Rennes

Affectation : sergent au 329° Rég. d’Infanterie                        Matricule : 06876

MPF : 30-9-1918 au Mont-Ferré à Montigny-sur-Vesle (Marne) : tué à l’ennemi 

Inscription: 28-11-1919 à Redon                                                                               

BRETON Gustave Joseph, MPF : 30-9-1918 au Mont-Ferré à Montigny-sur-Vesle

 


 

 

 

 

NAISSANCE : 7-9-1893  à LA GACILLY   (35 n 93 p. 29)

Père : BURBAN Louis, 26 ans, cultivateur à Saint-André

Mère : BELSOEUR Jeanne, 24 ans, cultivatrice

Témoin : Belsoeur Jean Marie, 30 ans, cultivateur à La Gacilly

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

Conseil de Révision : 16                            Classe : 1913            Recrutement : 951 Vannes

Affectation : 2° classe au 2° Rég. d’Infanterie Coloniale -  2° compagnie BURBAN  Jean Marie                                                                                                               Matricule : 9604

MPF : disparu le  2-11-1914 au Bois de la Harazée (Marne)

Jugement : déclaré décédé le 2-11-1914 par le tribunal civil de Vannes le 5-7-1920

SÉPULTURE : nécropole nationale de St-Thomas-en-Argonne par Vienne Le Château

     tombe individuelle n° 3260

Inscription : 22-7-1920 à La Gacilly (30 D 1914 et 13 D 1920)                                                                                                                          (voir Frères)

 BURBAN Jean Marie  - MPF : disparu le 2-11-1914 au Bois de la Harazée (Marne)

 

 

CHEVAL  Jean Marie

 

 NAISSANCE : 12-9-1891  à  LA GACILLY ( 34 n 91 p.27)

Père : CHEVAL François, 37 ans, charpentier au Pâtis

Mère : COUÉ Julienne, 36 ans, ménagère

Témoins : Garel Célestin  33 instituteur à  LG et Ayoul Jean 47 garde-champêtre à LG

MÉTIER : cultivateur à Plessé (44)

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 20              Classe : 1911          Recrutement : 645 Vannes (LM p. 216)

Affectation : soldat de 2° classe au 90° Rég. d’Infanterie        

Matricule : 3685                                                         Aux Armées : 2-8-1914

BP 1-1915 : Jean Cheval du Laurier-Vert mort à l’hôpital des suites de ses blessures

MPF : 8-9-1914 à Bannes ( Marne) : des suites de  blessures de guerre par balles

Inscription : 12-5-1915 à La Gacilly (15 D 1915)                                                        ( voir Frères)

CHEVAL Jean Marie - MPF : 8-9-1914 à Bannes ( Marne)

 

 

CHEVAL  François Michel

 

 NAISSANCE : 16-11-1889  à  LA GACILLY (45 n 89 P. non indiquée)

Père : CHEVAL Julien Marie, 47 ans, cultivateur à la Ville-aux-Ainés

Mère : TATART Jeanne Marie, 34 ans, ménagère

Témoin :   Colléaux François, 33 ans, cultivateur à Carentoir

MÉTIER : boulanger à La Gacilly

MILITAIRE

Conseil de Révision : 121            Classe : 1909          Recrutement : 2195 Vannes (LM p. 349)

Affectation : soldat de 2° classe  au 70° Rég. d’Infanterie de Vitré       

Matricule : 09543                                                         Aux Armées : 5-8-1914

MPF : disparu le 5-10-1914 à Neuville-Vitasse ( Pas-de-Calais) .

 Jugement : déclaré décédé le 5-10-1914 par le tribunal civil de Vannes le 5-7-1920

Inscription : 23-7-1920 à La Gacilly (14 D 1920)                                                         (voir Frères)

CHEVAL François Michel - MPF : disparu le 5-10-1914 à Neuville-Vitasse ( Pas-de-Calais)

 

 

COUÉ  Victor Jean Marie


NAISSANCE : 2-11-1882  à Gomené (22)

Père : COUÉ Jean Marie, charpentier à Gomené, 28 ans, natif de La Gacilly

Mère : CONOIR Marie Françoise, 26 ans, ménagère

MÉTIER : employé de commerce à Asnières (Seine)

MARIAGE : 27-7-1909 à Vannes avec CARO Joséphine

MILITAIRE :

Conseil de Révision :  13-Ajourné en 1903 pour faiblesse. Service militaire en 1904

Classe : 1902                               Recrutement : 888 Vannes (LM p. 630)

Affectation : Capitaine au 116° Reg d’infanterie                      Matricule : 6276

MPF : 29-10-1918 à l’hôpital mixte de Vannes des suites de maladie contactée en service

SÉPULTURE : Cimetière Boismoreau  à Vannes, carré militaire

Inscription : à Vannes

Citations :

Cité  O/O n° 42 du général commandant la II° armée et 272 du 116° RI le 31-10-1915 :

«  Sous-lieutenant COUÉ Victor de la compagnie de mitrailleuses du 116° RI s’est vaillamment conduit à l’assaut du 25-9-1915. Tireur émérite, a pris la place de ses tireurs tués. A dirigé lui-même, avec une pièce, un tir très efficace sur un groupe de mitrailleuses ennemies dont plusieurs ont été mises hors de combat. A contribué aussi à réduire au silence un groupe de mitrailleuses »

Cité Ordre du jour n° 308 :

«  Lieutenant COUÉ, officier accompli, a fait preuve de qualités remarquables de courage et d’endurance. A obtenu de ses hommes, dans un secteur menacé et soumis à des bombardements continuels, un travail constant et une vigilance soutenue qui ont entravé toutes les tentatives  de coups de main ennemis  (Secteur de Verdun)

Cité O/R 116° RI n° 883 le 26-5-1917 :

«  Lieutenant COUÉ : un remarquable officier, toujours égal à lui-même, a encore fait montre des plus belles qualités de décision dans l’emploi de ses mitrailleuses les 7, 8 et 9 mai 1917 »

Cité 2 O/R 116° RI n° 1329 le 1-7-1918 -  O/O CA n° 211 :

« Capitaine COUÉ : officier au plus grand mérite, ayant une compagnie parfaitement préparée pour le combat. Dans l’affaire du 9-6-1918, pour l’enlèvement de deux bois parfaitement défendus, a disposé sa section  de mitrailleuses d’une façon parfaite, allant d’un groupe à l’autre sans se soucier du danger. S’est joint au groupe de nettoyeurs et a coopéré ainsi directement, fusil en main, à la conquête du terrain »

Cité O/R 116° RI n° 1369 et O/O Brig. N° 111 du 1-8-1918 :

«  Capitaine COUÉ : commandant de compagnie de mitrailleuses s’est dépensé sans compter  pendant les attaques allemandes des 15 et 16-7-1918 allant constamment visiter les hommes malgré les violents bombardements. S’est offert plusieurs fois pour conduire à leurs emplacements de combat des unités en renfort, modèle de modestie et de devoir »

Chevalier de la Légion d’Honneur ; ordre n° 11.215 D du G.Q.G. du 5-11-1918 (voir Frères)

COUÉ Victor Jean Marie - MPF : 29-10-1918 à l’hôpital mixte de Vannes

 

 

 

COURLIER  Albert Joseph Marie

NAISSANCE : 8-8-1894  à LA GACILLY (33 n 94 p.45)

     Père : COURLIER Joseph, 40 ans, cordonnier à La Corblaie

     Mère : ORHAND Marie, 36 ans, ménagère

     Témoins : Garel Célestin 36 ans, instituteur à LG et Ayoul Jean 51 ans garde-champêtre à LG 

MÉTIER : couvreur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 37         Classe : 1914                          Recrutement : 1220 Vannes

Affectation : caporal au 262° Rég. d’Infanterie à Lorient   

Matricule : 5820                                                                    Aux Armées : 5-9-1914

BP 10-1914 : Albert Courlier,  classe 14, affecté au 62° Rég. d’Infanterie à Lorient

Rencontre avec Pierre TUAL le 25-6-1915 à Béthancourt près de Villers-Cotterêts( Aisne)

Revu le 8-7-1915

MPF : 28-11-1917 à Itancourt ( Aisne) : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : nécropole nationale de St-Quentin ( Aisne), tombe individuelle 1209

Inscription : 19-3-1918 à La Gacilly (7 D 1918)                                                      ( voir Frères)

 

COURLIER Albert Joseph -MPF : 28-11-1917 à Itancourt ( Aisne) : tué à l’ennemi

 

 

 

 

 

DANION  Louis Marie

 

 

NAISSANCE : 7-5-1877 à ST-NICOLAS-du-TERTRE

Père : DANION Nicolas, 27 ans, cultivateur à la Châtaigneraie  en St-Nicolas du Tertre

Mère : JOLY Mathurine, 21 ans, cultivatrice

MÉTIER : cultivateur à St-Nicolas du Tertre puis à Sigré et ensuite Rue St Vincent à La Gacilly en 1913

MARIAGE : 30-6-1903 à La Gacilly  avec MORICE Jeanne

MILITAIRE :

Conseil de Révision: 25 -  dispensé (art 21) ainé de Veuve- - Service militaire en 1898

Classe : 1897                               Recrutement : 1104 Vannes (LM p. 160)

Affectation : soldat de 2 eme classe au 144° Rég. d’Infanterie à Tarbes          

Matricule : 1265                                  Aux Armées : 24-9-1915

BP 9-1916 : Louis Danion de la rue Saint-Vincent est mort à l’ambulance des suites de ses   blessures

MPF : 21-7-1916 à l’ambulance 1/21 du camp O à Somme-Suippe (Marne)

SÉPULTURE : nécropole nationale de Somme-Suippe(Marne), tombe individuelle n° 1264

Inscription : 29-12-1916 à La Gacilly (36 D 1916)

 DANION Louis Marie  -MPF : 21-7-1916 à l’ambulance 1/21 du camp O à Somme-Suippe (Marne)

 

 

 

DEBRAY  Joseph

 

NAISSANCE : 7-9-1887  à  LA GACILLY    (32 n 87 p. 233)

Père : DEBRAY Pierre, 36 ans, boucher, ville de La Gacilly

Mère : AUDRAN Marie, 34 ans, ménagère

Témoins : Garel Célestin 30 instituteur à LG et Ayoul Jean 44 garde-champêtre à LG

MÉTIER : clerc de notaire à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 92.Engagé volontaire    Classe : 1907    Recrutement : 1251 Vannes (LM p. 432)

Affectation : adjudant au 5° Bataillon de Chasseurs à Pied- 1°Cie         Matricule : 2177

BP 11-1914 : l’adjudant Joseph Debray avait conquis ses galons sur le champ de bataille, le 7 septembre. Le 10, dans un nouveau combat au col de Mandrais, il tombait glorieusement frappé.

MPF : 10-9-1914 au Col de Mandray (Vosges) : tué à l’ennemi

Inscription: 8-4-1916 à La Gacilly (17 D 1916)                                                           (voir Frères)

DEBRAY Joseph  -MPF : 10-9-1914 au Col de Mandray (Vosges)

 


 

DÉSILLE  Hyppolite Louis Marie

 

 NAISSANCE : 9-3-1877  à  LA GACILLY  (13 n 77 p. 346)

Père : DÉSILLE Hyppolite, 29 ans, menuisier à La Gacilly – (né à Redon 29-2-1848)

Mère : AUDRAN Jeanne, 27 ans, ménagère, (née à LG 5-11-1849, x 16-11-1874 LG )

Témoins : Texier Joseph 54 ans instituteur à  LG et Templé Jean 37 ans marchand à LG  

MÉTIER : pâtissier à Saumur puis à Rochefort- sur- Mer

MARIAGE : 5-11-1902 à St-Just-de-Marennes avec Rabillé Marie

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 30    Classe : 1897      Recrutement : 971 Vannes ( LM p. 706)                              

Affectation : sergent au 367° Rég. d’Infanterie puis  au 167° R.I à La Rochelle   

Matricule : T 1835                                         Aux Armées : 14-8-1914

BP 6-1916 : décès de Hyppolite Désille de la rue La Fayette tombé sur le champ de bataille

MPF : 15-3-1916  au Bois Le Prêtre (Meurthe et Moselle) : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : nécropole nationale Le Petang  à Montauville ( MetM) ; tombe individuelle; n° 31- carré 14/18 A 

Inscription : 5-9-1916 à Rochefort-sur-Mer                                                               ( voir Frères)

DÉSILLE Hyppolite Louis - MPF : 15-3-1916 au Bois Le Prêtre (Meurthe et Moselle)


 

DIGUET  Pierre Marie

 

NAISSANCE : 8-10-1869 à Sixt- sur- Aff

Père : DIGUET  Pierre

Mère : POLIGNÉ Marie

MÉTIER : charron à La Gacilly

MILITAIRE 

Conseil de Révision : 14                     Classe : 1889         Recrutement : 704  Vannes (LM p. 235)

Affectation : soldat de 2°  classe  au 85° Rég. d’Infanterie Territoriale                                                                                                               Matricule : 8512

BP 6-1916 : décès de Pierre Diguet de la rue La Fayette mort à l’hôpital de maladie

MPF : 28-3-1916 à l’hôpital militaire d’Abbeville de congestion cérébrale

SÉPULTURE : au Carré Militaire de la Chapelle à Abbeville (Somme) ; tombe individuelle n° 72

DIGUET Pierre Marie - MPF : 28-3-1916 à l’hôpital militaire d’Abbeville

 

 

 

 

 

ÉPAILLARD  Armand Julien

 

 

NAISSANCE : 4-4-1895  à  LA GACILLY   (9 n 95 p.54)

Père : ÉPAILLARD Jean Marie, 27 ans, boucher, ville de La

Mère : FLEURY Marie Françoise, 29 ans,

Témoin : Épaillard Julien,  23 ans, boucher à La Gacilly

MÉTIER : boucher à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 43, Engagé volontaire pour 3 ans le 5-11-1913      Classe : 1915                                      

Recrutement : 271 Vannes      Affectation : soldat de 2° classe au 41° Rég. d’Infanterie                         

Matricule :   5265                     Aux Armées : 2-8-1914

MPF : 30-7-1915 au camp de prisonniers de Nierderzwerhen près de Cassel (Allemagne) de maladie (entérite) contractée en captivité

Inscription: 15-2-1919 à La Gacilly (8 D 1919)                                                           ( voir Frères)

ÉPAILLARD Armand Julien  -MPF : 30-7-1915 au camp de prisonniers de Nierderzwerhen près de Cassel (Allemagne)

 

 

 

ÉTRILLARD  Jean François

 

 NAISSANCE : 14-6-1896  à  LA GACILLY   ( 30 n 96 p.74)

Père : ÉTRILLARD François, 40 ans, charron au Lieuvy

Mère : GLET Julienne, 35 ans, cultivatrice

Métier : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 36              Classe : 1916      Recrutement : 328 Vannes

Affectation : soldat de 2° classe au 147° Rég. d’Infanterie- 5° Cie          Matricule : 15024

MPF : 28-9-1917 à l’hôpital d’évacuation 38 à Froidos (Meuse)- SP 215-  des suites de blessures de guerre

SÉPULTURE : nécropole nationale des Islettes (Meuse), tombe individuelle n°1403

Inscription : 28-12-1917 à La Gacilly (42 D 1917)                                                      ( voir Frères)

 

ÉTRILLARD Jean François - MPF : 28-9-1917 à l’hôpital d’évacuation 38 à Froidos (Meuse)

 


 

FLEURY  Jean Baptiste

 

 NAISSANCE : 3-5-1891  à  LA GACILLY (16 n 91 p.22)

Père : FLEURY Joseph, 31 ans, cultivateur au Lieuvy

Mère : MAUVOISIN Michelle, 40 ans, ménagère

Témoins :   Garel – Ayoul

MÉTIER : menuisier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 41    Classe : 1911     Recrutement : 665 Vannes (LM p. 247)                                        

Affectation : caporal à la 5° section d’Infirmiers, groupe de brancardiers divisionnaires 9

Matricule : 2832                                         Aux Armées : 2-8-1914

MPF : 12-4-1918 à l’hôpital  temporaire no 22 de Villers-Cotterêts (Aisne) : accident de voiture en service commandé

SÉPULTURE : nécropole nationale de Villers-Cotterêts (Aisne) ; tombe individuelle n° 1123

Inscription : 15-5-1918  à La Gacilly (15 D 1918)                                                                                                                                 (voir Frères)

FLEURY Jean Baptiste - MPF  : 12-4-1918 à l’hôpital temporaire no 22 de Villers-Cotterêts (Aisne)

 

 


 

GASCARD  Pierre Marie

 

NAISSANCE : 7-7-1893  à  LA GACILLY (27 n 93 p.27),  frère du suivant.

Père : GASCARD Michel, 35 ans, aubergiste, ville de La Gacilly

Mère : SÉREAU Jeanne, 35 ans, aubergiste

Témoin : Cotto Pierre, 40 ans, maître d’hôtel à La Gacilly

MÉTIER : forgeron à Trignac (44)

MILITAIRE :       

Conseil de Révision : 49      Classe : 1913      Recrutement : 271 à Vannes         

Affectation : matelot de 2° classe- canonnier sur le cuirassier France. 2 ° Rég. des Équipages de  la Flotte

Matricule : 27284                 Aux Armées : 2-8-1914

BP 8-1915 : nous avons appris la mort de Pierre Gascard, marin ; il est mort à Malte de la fièvre typhoïde

MPF : 9-7-1915 à l’hôpital d’Itarfa à Malte des suites de fièvre typhoïde

Inscription : 24-11-1915 à La Gacilly (36 D 1915)                                                                                                                                   (voir Frères)

GASCARD Pierre Marie - MPF : 9-7-1915 à l’hôpital d’Itarfa à Malte

 

 

 

 

GASCARD  René Julien

 

NAISSANCE : 4-2-1889 à  LA GACILLY (6 n 89 P pas indiquée), frère du précédent

Père : GASCARD Michel, 32 ans, aubergiste, ville de La Gacilly

Mère : SÉRO Jeanne, 32 ans, aubergiste

Témoins : Garel et Ayoul

MÉTIER : boulanger  à Rennes puis à Paris

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 17              Classe : 1909           Recrutement : 2102 Vannes ( LM p. 184)

Affectation : maréchal des logis au 21° Rég. d’Artillerie Coloniale                                                                                                                         Matricule : 011612

BP 5-1918 : René Gascard, maréchal des logis, est tombé sur le champ de bataille de Salonique

MPF : 22-3-1918 à Monastir(actuelle Bitola)  en Macédoine: tué à l’ennemi

Inscription: 1-7-1918 à La Gacilly (19 D 1918)                                                                                                                            (voir Frères)

Citations à l’ordre de l’armée. Médaille Russe de St Georges. Médaille Roumaine

GASCARD René Julien - MPF : 22-3-1918 à Monastir(actuelle Bitola) en Macédoine 


 

GAUDIN  Jean Anne Marie

 

 NAISSANCE : 3-3-1882 à PIERRIC (44)

Père : GAUDIN Joseph Marie, 30 ans, cultivateur

Mère : ORHAND Julienne, 28 ans, cultivatrice

MÉTIER : cultivateur à Guignen puis à La Gacilly en avril 1914

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 110            Classe : 1902                Recrutement : 976 Vannes (LM p. 792)

Affectation : soldat de 2°classe au 316° Rég. d’Infanterie, 29°compagnie                                                                                                                         Matricule : 015539

MPF : 22-10-1914 à Jaulzy (Oise) près de Soissons , ambulance n°2 : suite de blessures de guerre(balle dans l’abdomen)

Sépulture : cimetière national de Bois-Robert à Jaulzy

Inscription : 25-5-1915- à La Gacilly (16 D 1915)

GAUDIN Jean Anne Marie -MPF : 22-10-1914 à Jaulzy (Oise) près de Soissons


 

 

GLET  Albert Joseph Marie

 

NAISSANCE : 1-1-1888  à  LA GACILLY (1 n 88 P pas indiquée)

Père : GLET François, 40 ans, menuisier à la Haute-Bardaie

Mère : LEBOUT Marie, 40 ans, ménagère

Témoins : Garel Célestin, 30 ans, instituteur à LG et Ayoul Jean, 44, garde-champêtre à LG

MÉTIER : boulanger à Ilhersen (Eet L) puis à Paris

MARIAGE : 20-6-1914 à Paris 4° avec LECAVEY Madeleine

MILITAIRE :  

Conseil de Révision : 1                    Classe : 1908      Recrutement : 1166 Vannes  (LM p. 273)

Affectation : soldat de 2° classe au 2° Rég. d’Infanterie Coloniale à  Brest      

Matricule : 011363                                    Aux Armées : 30-8-1914

BP 12-1915 : Albert Glet avait disparu depuis septembre 1914. Sa famille vient d’être informée officiellement de son décès.

MPF : disparu le 26-9-1914 à Minaucourt (Marne).      Jugement : décès fixé au 26-9-1914  par le tribunal de la Seine le 23-3-1921

Inscription : 19-5-1921 à Paris 4° (mariage)                                                              ( voir Frères)

GLET Albert Joseph Marie - MPF : disparu le 26-9-1914 à Minaucourt (Marne).

 

 

 

 

 

GOUPIL  Théophile Jean Marie

 

NAISSANCE : 24-10-1894  à  LA GACILLY (37 n 94 p.46)

Père : GOUPIL Pierre, 53 ans, cultivateur à la Bouère

Mère : SIMON Marie, 30 ans, cultivatrice

Témoins : Garel - Ayoul

MÉTIER : cultivateur à la Bouère à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 72              Classe : 1914             Recrutement : 1255 Vannes

Affectation : soldat de 2° classe au 9° Rég. de Zouaves de Marche  à St Denis, 8° Cie                                                                                                                                          

Matricule : 16009                                Aux Armées : 4-9-1914

BP 4-1915 : Théophile Goupil fut mortellement blessé le 25 avril et évacué sur un hôpital de Dunkerque. Il y mourut le 27.

MPF : 27-4-1915 à l’hôpital temporaire n° 54 à Dunkerque(Nord). Blessures de guerre.

Sépulture : nécropole nationale de Dunkerque .Tombe no 563

Inscription : 7-10-1915 à La Gacilly  (30 D 1915)                                                       ( voir Frères)

GOUPIL Théophile Jean Marie - MPF : 27-4-1915 à l’hôpital temporaire n° 54 à Dunkerque(Nord

 

 

 

 

 

GRU  Désiré Marie

 

 NAISSANCE : 8-1-1884 à Saint-Martin-sur-Oust

Père : GRU Mathurin, 33 ans, cultivateur à Prénoué en St Martin

Mère : CAUDARD Marie Perrine, 31 ans, cultivatrice

MÉTIER : cultivateur à St Martin  puis à St André à La Gacilly

MARIAGE : 26-11-1912 à La Gacilly avec ROYER Marie Anne de St André

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 48             Classe : 1904            Recrutement : 924 Vannes (LM p. 746)

Affectation : soldat de 2° classe au 161° Rég. d’Infanterie à Guingamp  

Matricule : 016230               Aux Armées : 4-8-1914

MPF : décédé avant le 15-10-1915 à Mourmelon- Le- Grand ( Marne) : tué à l’ennemi.

Jugement : décès fixé au 27-9-1915 par le tribunal de Vannes le 11-6-1918

SÉPULTURE : nécropole nationale de Mourmelon-Le-Grand (Marne) ; tombe individuelle n° 1227

Inscription : 24-6-1918 à La Gacilly. (18 D 1918)

GRU Désiré Marie - MPF : décédé avant le 15-10-1915 à Mourmelon- Le- Grand ( Marne

 

 

 

 

GUÉHÉNEUC  Auguste Joseph

 

NAISSANCE : 15-2-1886  à  LA GACILLY (6 n 86 p. 189)

Père : GUÉHÉNEUC Mathurin, 46 ans, cultivateur, ville de La Gacilly

Mère : ÉTORÉ  Marie, 39 ans, cultivatrice

Témoin :   Potier Vincent, 32 ans, clerc de notaire à La Gacilly

MÉTIER : boulanger (sait cuire) à La Gacilly

MARIAGE : 5-11-1912 à La Gacilly avec CHANTREAU Renée Jeanne

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 21

 Classe : 1906

Recrutement : 1185 Vannes (LM p. 269)

Affectation : soldat de 2° classe au 265° Rég. d’Infanterie

Matricule : 01768

MPF : disparu le 20-7-1916 à Estrées (Somme), présumé prisonnier

Jugement : déclaré décédé par le tribunal civil de Vannes le 5-7-1920.

Inscription: 23-7-1920 à La Gacilly (15 D 1920)                                                          (voir Frères)

GUÉHÉNEUC Auguste Joseph - MPF : disparu le 20-7-1916 à Estrées (Somme),

 

 

 

 

GUILLAS  Désiré Joseph

 

NAISSANCE :  1-9-1892  à  LA GACILLY  (46 n 92 p. 14)

Père : GUILLAS Désiré, 37 ans, cultivateur à Brozhéas

Mère : MÉTAYER Désirée, 39 ans, lingère

Témoins : Garel  -  Ayoul

MÉTIER : menuisier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 156                Classe : 1912        Recrutement : 572 Vannes (LM p.132)

Affectation : soldat de 2° classe au 93° Rég. d’Infanterie        

Matricule : 6297                   Aux Armées : 1-12-1914

BP 6-1917 : Désiré Guillas de la Saudraie  était signalé comme disparu depuis deux ans ; l’annonce de son décès est parvenu à sa famille ces temps derniers.

MPF : disparu le 7-6-1915 à la ferme de Toutvent (Pas-de-Calais) près de Hébuterne

Jugement : décès fixé au 7-6-1915  par le tribunal de Vannes le 12-2-1921

Inscription : 31-3-1921 à La Gacilly (13 D 1921)

GUILLAS Désiré Joseph - MPF : disparu le 7-6-1915 à la ferme de Toutvent (Pas-de-Calais)

 

 

 

HALLIER  Mathurin

 

NAISSANCE : 1-2-1882  à  LA GACILLY  (4 n 82 p.38)

Père : HALLIER Pierre Marie, 36 ans, menuisier, ville de La Gacilly

Mère : LOYAU Marie, 31 ans, ménagère

Témoins :   Potier et Ayoul

Métier : menuisier à La Gacilly puis à Bruxelles (Belgique)

MARIAGE : 2-1-1906 à Paris 11° avec MARQUET Amélie

MILITAIRE : Conseil de Révision : 16    Classe : 1902            Recrutement : 891 Vannes (LM p. 636)

Affectation : sapeur au 6° Génie d’Angers, compagnie 11-3   

Matricule : 014608                                                Aux Armées : 22-2-1915

MPF : 25-10-1916 à Douaumont (Meuse) : tué à l’ennemi par éclat d’obus

Inscription : 17-4-1917 à La Gacilly (13 D 1917)                                                                                                                                           (voir Frères)

HALLIER Mathurin - MPF  : 25-10-1916 à Douaumont (Meuse)

 

 

 

 

 

HERVY  Pierre Marie

 

 NAISSANCE : 16-4-1884  à  LA GACILLY    (13 n 84 p.117)

Père : HERVY Pierre Marie, 28 ans, cultivateur au Tay-aux-Perré (+ 26-1-1884 à La Gacilly) 

Mère : HERVY Marie, 30 ans, cultivatrice

Témoin : Hervy Joseph, 70 ans, cultivateur à la Provotaie

MÉTIER : cultivateur au Tay à La Gacilly, fils unique orphelin de père

MARIAGE : 22-6-1907 à Carentoir avec HERVY Joséphine

MILITAIRE :

     Conseil de Révision : 28. Dispensé, soutien unique de Veuve -.   .Service militaire en 1905

     Classe : 1904                          Recrutement : 906 Vannes (LM p. 715)

Affectation : soldat de 2° classe au 2° Rég. d’Infanterie Coloniale

Matricule : 04810                                         Aux Armées : 30-8-1914

MPF : disparu le 15-9-1914 à Ville-sur-Tourbe (Marne)

Jugement : déclaré décédé le 15-9-1914 par le tribunal civil de Vannes le 21-6-1920

Inscription : 2-7-1920 à La Gacilly (12 D 1920)

HERVY Pierre Marie - MPF : disparu le 15-9-1914 à Ville-sur-Tourbe (Marne)

 

 

JOLY  Julien Marie


NAISSANCE : 30-7-1890  à  Carentoir

Père : JOLY Pierre, 30 ans, couvreur à la Pételais en Carentoir

Mère : HAROUTEL Marie Joseph, 34 ans, tailleuse

MÉTIER : cultivateur à la Chaussée au Lion d’Angers (49)

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 81    Classe : 1910            Recrutement : 1362 Vannes (LM p. 548)

Affectation : soldat de 2° classe au 94° Rég. d’Infanterie, 7° compagnie à Coêtquidan

Matricule : 02288 (bis)                                              Aux Armées : 18-1-1915

BP 6-1915 : Julien Joly est mort à l’hôpital de la fièvre typhoïde.

MPF : 15-4-1915 à l’hôpital caserne M à Bar-le-Duc (Meuse), maladie contractée en service commandé : fièvre typhoïde

SÉPULTURE : nécropole nationale de Bar-le-Duc ; tombe individuelle n° 3038

Inscription : 1-3-1916 à La Gacilly (16 D 1916)

JOLY Julien Marie - MPF : 15-4-1915 à l’hôpital caserne M à Bar-le-Duc (Meuse

 

 

JOUBIN  Joseph Camille

 

NAISSANCE : 18-7-1895  à  LA GACILLY  (27 n 95 p. 58)

Père : JOUBIN Joseph Marie, 29 ans, charpentier, ville de La Gacilly

Mère : TATARD Marie Joseph, 28 ans, aubergiste

Témoins :   Garel  et Barbier

MÉTIER : manœuvre à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 77              Classe : 1915          Recrutement : 305 Vannes

Affectation : soldat de 2° classe au 411° Rég. d’Infanterie, 9° compagnie

Matricule : 12783                                                      Aux Armées : 20-3-1915

BP 1-1915 : Joseph Joubin a été affecté au 19° Rég. d’Infanterie à Brest

MPF : 27-5-1917 à l’hôpital central de Bar-le-Duc (Meuse) : maladie contractée en service

Inscription : 15-9-1917 à La Gacilly (24 D 1917)

JOUBIN Joseph Camille -MPF : 27-5-1917 à l’hôpital central de Bar-le-Duc (Meuse)

 


LE CHÊNE  Jean François Marie

 

NAISSANCE : 4-7-1894  à  LA GACILLY  (26 n 94 p. 43)

     Père : LECHÊNE Jean Marie, 26 ans, maçon, ville de La Gacilly

     Mère : RÉGENT Anne Marie, 36 ans, ménagère

     Témoins :   Garel  et  Ayoul

MÉTIER : tailleur de pierres à La Gacilly

MILITAIRE :

     Conseil de Révision : 99       Classe : 1914 Recrutement : 1282 Vannes                                              Matricule : 8747

Affectation : soldat de 2° classe au 4° Rég. d’Infanterie            Aux Armées : 15-11-1914

BP 6-1915 : Jean Le Chêne écrivait au 1° avril : «  Depuis trois semaines, je suis au front ; mes idées ont déjà bien changées. Au dépôt, l’on est plus ou moins bon chrétien ; ici, l’on prie et sans crainte. L’on ne se gêne pas pour dire au voisin : «  Laisse-moi, je fais ma prière. »

Le 3 au soir, il écrivait encore : « J’attends mon tour au  confessionnal ; il n’y en a plus que trois devant moi ; j’interromps ma lettre ; demain, nous ferons nos Pâques ». Depuis, il n’avait plus donné de ses nouvelles. Quinze jours après, une lettre du commandant de sa compagnie annonçait à sa famille qu’il était tombé le 5. Il était mort sur le coup sans souffrance »

MPF : 6-4-1915 au combat de la Forêt d’Argonne (Meuse)  des suites de blessures de guerre

     Sépulture : cimetière de La Gacilly             Inscription : 8-6-1915 (17 D 1915)                                    ( voir Frères)

Citation : « Brave soldat tué en Argonne le 6-4-1915 au cours de durs combats contre les lignes allemandes » Médaille militaire. JO  du 9-4-1922. Croix de guerre avec étoile d’argent

LE CHÊNE Jean François Marie - MPF : 6-4-1915 au combat de la Forêt d’Argonne (Meuse)

 

 

 

LECOQ  Pierre Marie

 

NAISSANCE : 17-10-1878  à  LA GACILLY   (38 n 78 p. 377)

Père : LECOQ Mathurin, 29 ans, cultivateur à Brozhéas

Mère : SALOUX Marie Louise, 29 ans, ménagère

Témoins : Labarre et Texier

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

MARIAGE : 30-6-1908 à La Gacilly avec AUDRAN Marie

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 16.Dispensé (art 21) frère au service .Ajourné en 1899. Service militaire en 1900

Classe : 1898            Recrutement : 1403 Vannes (LM p. 661)

Affectation : soldat 2° classe  au 85° Rég. Territorial d’Infanterie

Matricule : 3829                                             Aux Armées : 13-8-1914

MPF : 21-5-1916 à Bex au sud de Montreux (Suisse) : établissement du Crochet, suite à maladie contractée en captivité : hémorragie méningée du cervelet. Suivant avis ministériel no 41035 du 6-5-1927, il y a bien lieu de considérer que ce militaire est bien mort pour la France et que son nom devra figurer au livre d’or

Inscription : 9-9-1917 à La Gacilly (23 D 1917)                                                                                                                            (voir Frères)

LECOQ Pierre Marie - MPF : 21-5-1916 à Bex au sud de Montreux (Suisse)

 

 

 

 

 

LE FIERDEBRAS  Pierre Marie

  

NAISSANCE : 1-4-1889  à  LA GACILLY (15 n 89 P pas indiqué)

Père : LE FIERDEBRAS  Pierre Marie, 30 ans, boucher, ville de La Gacilly

Mère : AUDRAN Marie Louise, 29 ans, ménagère

Témoins :   Garel – Ayoul

Métier : cultivateur aux Fougerêts

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 41              Classe : 1909                  Recrutement : 2120 Vannes (LM p. 217)

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég. d’Infanterie, 5° compagnie à Vannes

Matricule : 08273-                               Aux Armées : 3-8-1914

MPF : supposé fait prisonnier avant le 17-12-1914 à Maissin  (Belgique) entre Charleroi et Givet

Jugement : déclaré décédé le 22-8-1914 à Maissin par avis du Ministère de la Guerre du 31-12-1914

Sépulture : à Maissin

Inscription : 19-3-1915 à La Gacilly (10 D 1915)                                                     (voir Frères)

LE FIERDEBRAS Pierre Marie – MPF déclaré décédé le 22-8-1914

 

 

 

 

LEFEUVRE  Maxime François

 

NAISSANCE : 19-6-1890  à  LA GACILLY (31 n 90 p.10)

Père : LEFEUVRE François, 34 ans, charretier, ville de La Gacilly

Mère : CHANTREAU Jeanne, 34 ans, ménagère

Témoins :   Garel et Ayoul

MÉTIER : manœuvre à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 72                  Classe : 1910            Recrutement : 1353 Vannes (LM p. 533)

Affectation : caporal au 348° Reg. d’Infanterie, 19° compagnie                                                                                                                Matricule : 13897

BP 9-1916 : François Lefeuvre de la Bouère, caporal au 348° Reg. d’Infanterie, est décédé le 11 juin

MPF : disparu le 11-6-1916 à Fleury près de Verdun (Meuse) 

Jugement : décès fixé au 11-6-1916 par le tribunal civil de Vannes du 14-1-1919 et du 29-11-1921

Inscription : 16-2-1919 (10 D 1919) et 11-12-1921 (36 D 1921) à La Gacilly            (voir Frères)

LEFEUVRE Maxime François - MPF : disparu le 11-6-1916 à Fleury près de Verdun

 

 

 

dLONGEAUX  Jean Marie Joseph

NAISSANCE : 5-5-1892 à St Mihiel (Meuse) ;  cousin du suivant

Père : de LONGEAUX Albert, chef d’escadron au 18° Dragon

Mère : VOISIN Marie Louise

MILITAIRE :

Conseil de Révision :                   Classe : 1912                   Recrutement : 350 Melun

Affectation : sous-lieutenant au 149° Reg d’Inf.                                                                                                                Matricule :

BP 10-1914 : M. Albert de Longeaux, chef d’escadron, remplissant les fonctions de major du régiment, poste sans danger en temps de guerre, a, sur ses instances, obtenu d’être dirigé sur la ligne de feu. Son fils  Jean, jeune saint-cyrien, est lui aussi en première ligne comme sous-lieutenant.

BP 11-1914 : le sous-lieutenant Jean de Longeaux avait reçu une première blessure. Impatient de retourner au feu, il rejoignit bientôt son régiment. Il est tombé glorieusement le 29 août dans un combat près de Baccarat. (Meurthe-et-Moselle)

MPF : 28-8-1914 à Azerailles près de Baccarat (M et M) : tué à l’ennemi

Inscription: 20-1-1920  à La Gacilly (2D 1920)                                                          

de LONGEAUX Jean Marie - MPF : 28-8-1914 à Azerailles près de Baccarat

 

 

 

de  LONGEAUX  Henri Anne Marie

 

NAISSANCE : 20-3-1893 à LYON (Rhône) ;   cousin du précédent

     Père : de LONGEAUX  Joseph

     Mère : de La RUÉE Marie

     MILITAIRE :

Conseil de Révision :                   Classe : 1913 engagé volontaire     Recrutement : 409 Alençon 

Affectation : maréchal des logis au 35° Rég. d’Artillerie                                                                                                                Matricule : 3880

BP  11-1915 : M. Henri de Longeaux, maréchal des logis, fils de M. Joseph de Longeaux, a été frappé à mort le 22 septembre à son poste de combat. La veille, il avait fait la sainte communion et il est mort entre les bras d’un camarade prêtre.

MPF : 22-9-1915 à Perthes-Les-Hurlus près de Mourmelon ( Marne) : tué à l’ennemi

Inscription: : 18-10-1915 à Alençon (Orne)

de LONGEAUX Henri Anne Marie -MPF : 22-9-1915 à Perthes-Les-Hurlus près de Mourmelon ( Marne)

 

 

 

MARCHAND  Jean Marie

 

NAISSANCE : 31-1-1896  à  LA GACILLY (3 n 96 p.67)

Père : MARCHAND Joseph, 40 ans, cultivateur à la Villio

Mère : COLIN Jeanne, 42 ans, cultivatrice

Témoin : Soulaine Joseph, 21 ans, cultivateur à La Gacilly

MÉTIER : menuisier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 85              Classe : 1916       Recrutement : 377 Vannes

Affectation : soldat 2 ° classe au 70° Rég. d’Infanterie-10 ° Cie

Matricule : 8016                                   Aux Armées : 8-4-1915

BP 6-1915 : l’adjudant Jean Marchand recevait la médaille militaire le dimanche 2 mai en présence de son régiment

BP 7-1915 : l’adjudant Jean Marchand a été blessé d’un éclat d’obus

BP 9-1916 : mort de Jean Marchand tombé sur le champ de bataille

MPF : 15-8-1916 à Thiaumont (Meuse)  à la suite de blessures de guerre

Inscription : 30-10-1916 à La Gacilly (31 D 1916)

MARCHAND Jean Marie - MPF : 15-8-1916 à Thiaumont (Meuse

 

 

 

MAUVOISIN  François Louis Marie

NAISSANCE : 12-1-1884  à  LA GACILLY (1 n 84 p.114) ;   frère du suivant

Père : MAUVOISIN Louis, 31 ans, maçon à la Mandraie

Mère : CHEVAL Jeanne, 25 ans, ménagère

MÉTIER : maçon à La Gacilly

MILITAIRE : Conseil de Révision : 37- dispensé : frère au service -  Service Militaire en 1905         

Classe : 1904              Recrutement : 915 Vannes (LM p. 729)   

Affectation : soldat de 2° classe au 2° Rég d’Infanterie Coloniale à Brest 

Matricule : 48711                Aux Armées : 21-8-1914

BP 11-1914 : blessure au bras

BP 4-1916 : François Mauvoisin est mort pieusement à l’hôpital de Brest après une longue maladie, conséquence de fatigues éprouvées au front et d’une blessure mal guérie. Nous offrons nos bien sincères condoléances à ses parents si cruellement frappés. C’est le second fils que la guerre leur ravit.

MPF : 5-3-1916 à l’hôpital complémentaire No 8, Rue d’Aiguillon à Brest, de maladie (bacillose pulmonaire)

Inscription : 4-6-1916 à La Gacilly (18 D 1916)                                                                                                                          (voir Frères)

 

 

 

MAUVOISIN  Louis Marie

NAISSANCE : 21-10-1885  à  LA GACILLY (36 n 85 p.161) ; frère du précédent

Père : MAUVOISIN  Louis, 32 ans, maçon à la Mandraie

Mère : CHEVAL Jeanne, 25 ans, cultivatrice

Témoins :   Potier et Ayoul

Métier : maçon à La Gacilly 

MARIAGE : 27-6-1911 à La Gacilly avec POIRIER Françoise

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 96    Classe : 1905     Recrutement : 934 Vannes (LM p. 810)

Affectation : soldat de 2 ° classe  au 241° Rég. d’Infanterie à Rennes- 22°Cie

Matricule : 019063  

BP 1-1915 : Louis Mauvoisin mort à l’ambulance des suites de ses blessures

 : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : cimetièreMPF : 14-11-1914 à Agny (Pas-de-Calais)re d’Agny (Pas de Calais)

Inscription : 8-6-1915 à La Gacilly  ( 18 D 1915)                                                       

MAUVOISIN Louis Marie - MPF : 14-11-1914 à Agny (Pas-de-Calais)

 

 

 

MARTEL  Joseph Marie

 NAISSANCE : 11-5-1878  à  LA GACILLY  (12 n 78 p. 370)

Père : MARTEL Jean, 30 ans, charretier, ville de La Gacilly

Mère : ÉPAILLARD Sophie, 27 ans, ménagère

Témoins : Texier - Templé

Métier : employé de commerce à  Paris puis à Nantes

MARIAGE : 16-6-1908 au Pallet (44) avec AUDRAIN Augustine

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 117 , engagé volontaire pour 4 ans le 5-1-1897      Classe : 1898

Recrutement : 1495 Vannes (LM p. 814)

Affectation : caporal au 81° Rég. Territorial d’Infanterie         Matricule : 20267

MPF : 29-9-1914 à Albert (Somme) des suites de ses blessures de guerre

Inscription : 3 -4-1915 à Nantes

MARTEL Joseph Marie  -MPF : 29-9-1914 à Albert (Somme)

 

 

 

NAËL  François Marie

NAISSANCE : 7-5-1892  à  LA GACILLY  (25 n 92 p.3)

Père : NAËL Mathurin, 52 ans, cultivateur à la Ville-Jarnier

Mère : COUÉ Jeanne, 42 ans, cultivatrice

Témoins :   Garel et Ayoul

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 159            Classe : 1912           Recrutement : 575 Vannes (LM p. 137)

Affectation : soldat de 2° classe au 332° Rég. d’Infanterie – 4° Cie       

Matricule : 19480                       Aux Armées : 3-8-1914

MPF : 20-8-1917  au Bois des Caurières à Bezonvaux , secteur de Verdun ( Meuse) : suite de blessures

Inscription : 22-11-1917 à La Gacilly (33 D 1917)                                                                                                                          (voir Frères)

NAËL François Marie - MPF : 20-8-1917 au Bois des Caurières à Bezonvaux , secteur de Verdun

 

 

 

 

 

PERRIGUE  Louis

NAISSANCE : 4-7-1889  à  LA GACILLY  (29 n 89 p. 307)

Père : PERRIGUE Pierre, 38 ans, cultivateur à la Provotaie

Mère : RÉMINIAC Vincente, 38 ans, cultivatrice

Témoins : Garel et Ayoul

MÉTIER : cultivateur à La Provotaie à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 71              Classe : 1909      Recrutement : 2146 Vannes (LM p. 260)

Affectation : soldat de 1° Classe au 70° Rég. d’Infanterie à Vitré              

 Matricule : 09390                 Aux Armées : 8-8-1914

BP 8-1915 : Louis Perrigue est signalé disparu

MPF : disparu le 9-5-1915 à Roclincourt (Pas-de-Calais)

Jugement : décès fixé au 9-5-1915 par le tribunal de Vannes le 5-7-1921

Inscription : 29-7-1921 à La Gacilly (24 D 1921)                                                        ( voir Frères)

 

PERRIGUE Louis - MPF 
Secondaire= PERRIGUE Louis  -MPF : disparu le 9-5-1915 à Roclincourt (Pas-de-Calais)

 

 

 

 

 

POIRIER  François Marie

 

NAISSANCE : 5-11-1880  à  St-Nicolas-du-Tertre

     Père : POIRIER Jean, 40 ans, facteur au bourg de St-Nicolas-du-Tertre

     Mère : COURLIER Jeanne, 35 ans, lingère

     MARIAGE : 10-4-1910 avec BOUCHER Jeanne Marie

MÉTIER : cultivateur à La  Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 103-dispensé (frère au service)-Service Militaire en 1901

Classe : 1900                               Recrutement : 996 Vannes  (LM p. 841)-

Affectation : soldat de 1° classe au 216° Rég. d’Infanterie  23° Cie                                                                                                                                             Matricule : 010868

Aux Armées : 12-8-1914

BP 8-1916 : nous avons appris la triste nouvelle de la mort de François Poirier du Patis. Un camarade écrivait à sa femme que François avait été gravement blessé à la tête. Ce camarade lui avait fait, dans la tranchée, un premier pansement. Il fut évacué dans une première ambulance puis dans une seconde. Il y mourut trois jours après des suites de sa blessure.  

MPF : évacué pour blessures le 16-6 1916, il est décédé le 19-6-1916 à Dugny (Meuse) , ambulance n° 19/6, suite de ses blessures à la tête

SÉPULTURE : nécropole nationale de Dugny (Meuse) ; tombe individuelle n° 1248

Inscription : 20-9-1916 à La Gacilly (22 D 1916)

Citation : inscrit au tableau de la médaille militaire à titre posthume -  J.O du 20-3-1921.Soldat courageux et dévoué. Mort glorieusement pour la patrie le 19-6-1916 à Dugny sur Meuse. Croix de guerre, étoile de bronze.

POIRIER François Marie - MPF : évacué pour blessures le 16-6 1916, il est décédé le 19-6-1916 à Dugny (Meuse)

 

 

 

 

POLIGNÉ  Auguste Marie

  

NAISSANCE : 22-1-1883  à  LA GACILLY  (4 n 83 p. 76)

Père : POLIGNÉ Étienne, 42 ans, briseur de pierres, ville de La Gacilly

Mère : DANET Anne, 42 ans, ménagère

Témoins :   Potier et Ayoul

MÉTIER : terrassier à La Gacilly puis à Nantes

 

MARIAGE : 4-10-1907 à Nantes  avec POLIGNÉ Anne Marie

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 92              Classe : 1903            Recrutement : 970 Vannes (LM p. 813)

Affectation : sergent au 316° Rég. d’Infanterie          Matricule :

BP 8-1918 : Auguste Poligné, originaire de la Bergerie, fut gravement blessé au début de la guerre. Depuis, il ne fit que languir. Il vient de mourir à Nantes.

MPF : blessé par schnarppell en juillet 1916, décédé le 28-6-1918 à l’hôpital militaire Broussais à Nantes : paralysie spasmodique consécutive à plaie région dorsale

Inscription : 29-6-1918 à Nantes                                                                                ( voir Frères)


 

 

 

ROBERT  Jean Marie Joseph

 

NAISSANCE : 8-5-1883 à la Rimbaudais en MARSAC sur DON ( 44) ;  frère du suivant

Père : ROBERT Julien, cultivateur

Mère : HOCHARD  Françoise, cultivatrice

MARIAGE : avec RICORDEL Marie Joseph

MILITAIRE :

Conseil de Révision :                   Classe : 1903                       Recrutement : 788 à Ancenis

Affectation : soldat de 2°classe au 2° Rég. d’Infanterie Coloniale                                                                                                                Matricule : 04131

MPF : porté disparu du  25 au 29-9-1915 à Souain près de Mourmelon (Marne)

Jugement : décès fixé au 25-9-1915 par le tribunal de Vannes le 27-4-1920

Inscription : 30-5-1920 à La Gacilly (8 D 1920)

ROBERT Jean Marie Joseph - MPF : porté disparu du 25 au 29-9-1915 à Souain près de Mourmelon (Marne)

 

 

 

ROBERT  Théophile Julien Marie

 

NAISSANCE : 29-12-1884 à la Rimbaudais en MARSAC-sur-DON (44) ;   frère du précédent

Père : ROBERT  Julien, cultivateur

Mère : HOCHARD Françoise, cultivatrice

MÉTIER : cultivateur à Vay puis à La Gacilly en octobre 1909

MARIAGE : avec TALLET Angèle

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 129 à Nozay-Dispensé : frère au service - Classe : 1904                                                Recrutement : 1693 Ancenis

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég .d’Infanterie Matricule : 18420                                                                                                                              Aux Armées : 3-8-1914

MPF : disparu le 17-4-1916  à la côte du Poivre, secteur de Verdun (Meuse)

Jugement: décès fixé au 17-4-1916 par le tribunal de Vannes le 23-8-1920   

 ROBERT Théophile Julien MPF : disparu le 17-4-1916 à la côte du Poivre, secteur de Verdun

 

 

ROUSSEAU  Charles Constant

 

NAISSANCE : 24-3-1891 à SAINT-NAZAIRE (44)

Père : ROUSSEAU Eugène Constant, 33 ans, agent-voyer à La Gacilly

Mère : PERRIN Marie, 33 ans,

MÉTIER : Instituteur public à Monteneuf

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 116    Classe : 1911      Recrutement : 728 Vannes (LM p. 356)                                

Affectation : soldat de 2° classe au 265° Rég. d’Infanterie à Nantes-17°Cie

Matricule : 12090                Aux Armées : 3-8-1914

BP 1-1915 : Charles Rousseau est mort sur le champ de bataille

MPF : 27-10-1914  à Bitry (Oise) au moulin Soustouvent, canton d’Attichy : tué à l’ennemi

Inscription : 21-6-1915 à La Gacilly (20 D 1915)                                                        ( voir Frères)

ROUSSEAU Charles Constant - MPF : 27-10-1914 à Bitry (Oise) au moulin Soustouvent, canton d’Attichy

 

 

 

 

SALOUX  Jean Marie

 

NAISSANCE : 18-7-1890  à  LA GACILLY (35 n 90 p.11)

Père : SALOUX Pierre, 35 ans, cultivateur à Lauloyer puis à la Villio

Mère : AUDRAN Marie, 30 ans, cultivatrice

Témoins :   Garel et Ayoul

MÉTIER : menuisier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 77              Classe : 1910          Recrutement : 1358 Vannes (LM p.  544)

Affectation : sapeur de 1° classe au 6° Génie d’Angers, Cie 11-1                 

Matricule : 8091                                  Aux Armées : 5-8-1914

BP 8-1915 : nous avons appris la mort de Jean Saloux de la Villio. Il est tombé sur le champ de bataille.

MPF : 7-6-1915 à Hébuterne (Pas-de-Calais) : tué à l’ennemi

Inscription : 20-8-1915 à La Gacilly (26 D 1915)                                                        ( voir Frères)

Citation  à l’ordre de la Division « S’est montré toujours courageux et dévoué ;  à l’attaque du 7 juin, a montré les mêmes qualités. Mort au champ d’honneur »

SALOUX Jean Marie - MPF : 7-6-1915 à Hébuterne (Pas-de-Calais)

 

 

 

 

 

SALOUX  Isidore Pierre

 

 NAISSANCE : 6-7-1893 à Clichy (Seine) ;  frère du suivant

Père : SALOUX François, journalier

Mère : MENEUX Victoire, journalière

MILITAIRE :

Conseil de Révision :                   Classe : 1908                               Recrutement : 2643 à Dinan

Affectation : matelot de 3° classe, chauffeur sur le cuirassier «  Suffren »

MPF : 25-11-1916 en mer au large du Portugal. Glorieusement englouti avec son bâtiment.

Inscription: 13-7-1917 à Brest                                                                                   (voir Frères)

 

 


SALOUX Marcel Victor Marie

  

NAISSANCE : 18-11-1898  à  CLICHY (Seine) ; frère du précédent

Père : SALOUX François, journalier

Mère : MENEUX Victoire, journalière

MILITAIRE :

Conseil de Révision :                   Classe : 1918              Recrutement : 2552 Rennes

Affectation : soldat de 2° classe au 21° Rég. d’Infanterie Coloniale            Matricule : H 31447

MPF : 22-9-1917 à Hurtebise (Aisne) : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : cimetière de La Gacilly   

Inscription : 4-4-1918 à Rennes          

 

SALOUX Marcel Victor Marie MPF : 22-9-1917 à Hurtebise (Aisne)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

 

SEVESTRE  Jean Baptiste

NAISSANCE : 17-3-1894  à  LA GACILLY (13 n 4 p.40)

Père : SEVESTRE Joseph, 41 ans, clerc de notaire à Lauloyer

Mère : GENTIL Marie, 31 ans, ménagère

Témoin :   Coué Jean, 34 ans, cultivateur à La Gacilly

MÉTIER : forgeron à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 140            Classe : 1914          Recrutement : 1323 Vannes

Affectation : brigadier téléphoniste au 250° Rég. d’Artillerie, 21° batterie                                                                                                                Matricule : 3936

MPF : 8-10-1917 à la Côte du Talou (Meuse), rive droite de La Meuse : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : cimetière militaire de Baleycourt à Verdun (Meuse)-10° rangée à droite-tombe 17- Inscription : 15-12-1917 à La Gacilly (41 D 1917)                     (voir Frères)

Citations : Cité à l’ordre de la Brigade. Cité à l’ordre du Régiment. Médaille militaire et Croix de guerre. (voir Frères)

SEVESTRE Jean Baptiste - MPF : 8-10-1917 à la Côte du Talou (Meuse)

 

 

 

 

SILORET  Louis Marie

 

NAISSANCE : 22-4-1893  à  LA GACILLY (16 n 93 p.24)

Père : SILORET Pierre, 28 ans, journalier, ville de La Gacilly

Mère : TEXIER Marie, 26 ans, ménagère

Témoins : Garel et Ayoul

MÉTIER : receveur à la compagnie d’autobus à Paris

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 135            Classe : 1913       Recrutement : 1070 Vannes

Affectation : soldat de 2° classe au 147° Rég. d’Infanterie- 6° Cie             

Matricule : 12756                                Aux Armées : 2-8-1914

BP 10-1914 : Louis Siloret a reçu deux éclats d’obus

MPF : 21-7-1917 au Bois d’Avocourt (Meuse) suite à blessures par éclats d’obus

SÉPULTURE : Fleury devant Douaumont (Meuse), nécropole nationale de Douaumont : tombe individuelle n° 6488

Inscription : 30-11-1917 à La Gacilly (34 D 1917)                                                      (voir Frères)

SILORET Louis Marie - MPF : 21-7-1917 au Bois d’Avocourt (Meuse)

 

 

 

 

SIMON  Albert Jean Marie

 

NAISSANCE : 28-5-1890  à  LA GACILLY (27 n 90 p.9)

Père : SIMON Joseph Marie, 29 ans, facteur des postes à La Gacilly

Mère : ROLLAIS Marie Louise, 26 ans, ménagère

Témoins :   Garel et Ayoul

MÉTIER : boulanger (sait cuire) à Vannes puis à Vitré

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 62-Dispensé : soutien de famille.            Service militaire en 1911

Classe : 1910              Recrutement : 1343 Vannes (LM p. 515)

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég. d’Infanterie à Vannes

Matricule : 09419                                Aux Armées : 5-8-1914

MPF : disparu le 10-6-1918 au lazaret de Ham (Somme)

Jugement : déclaré décédé le 10-6-1918 par le tribunal civil de Vannes le 12-4-1921

Inscription : 20-4-1921 à La Gacilly (14 D 1921)                                                        (voir Frères)

SIMON Albert Jean Marie -MPF : disparu le 10-6-1918 au lazaret de Ham (Somme

 

 

 


SOREL  Julien

 

NAISSANCE : 20-12-1885  à  LA GACILLY (41 n 85 p.163)

Père : SOREL Pierre, 29 ans, couvreur à la Bouère

Mère : JOUIN Marie, 33 ans, lingère

Témoins :   Potier et Ayoul

MÉTIER : couvreur à La Gacilly puis à Paris

MARIAGE : 27-9-1909 à Paris 11°  avec LIMEUL Marie Louise

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 122            Classe : 1905       Recrutement : 955 Vannes (LM p. 844)

Affectation : soldat de 2°classe au 241° Rég. d’Infanterie à Rennes          

Matricule : 019062                     Aux Armées : 8-8-1914

BP 1-1915 : Julien Sorel est mort sur le champ de bataille

MPF : 23-8-1914 à Oret près de Charleroi (Belgique) : blessures de guerre

Inscription : 2-2-1916 à Paris 12° (mariage)                                                              ( voir Frères)

SOREL Julien -MPF : 23-8-1914 à Oret près de Charleroi (Belgique)

 

 

 

 

SOULAINE  Jacques Marie

 

NAISSANCE : 25-7-1886  à  LA GACILLY (31 n 86 p. 195) ;   frère de Joseph Marie

Père : SOULAINE Joseph, 51 ans, cultivateur au Tay

Mère : TEXIER Jeanne, 42 ans, cultivatrice

Témoins : Potier et Ayoul 

MÉTIER : cultivateur au Tay à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 63      Classe : 1906          Recrutement : 1226  Vannes (LM p. 331)

Affectation : soldat de 1° classe au 265° Rég. d’Infanterie - 4° Cie            

Matricule : 1773                 Aux Armées : 3-8-1914

BP 9-1916 : nous avons appris la mort de Jacques Soulaine du Tay tombé sur le champ de bataille

MPF : 20-7-1916, à la sortie nord-est d’Estrées (Somme) : tué à l’ennemi

SÉPULTURE : l’inhumation du cadavre a eu lieu immédiatement

Inscription : 30-10-1916 à La Gacilly (32 D 1916)                                                      ( voir Frères)

SOULAINE Jacques Marie - MPF : 20-7-1916, à la sortie nord-est d’Estrées (Somme)

 

 

 

SOULAINE  Joseph-

NAISSANCE : 12-2-1876  à  LA GACILLY (5 n 76 p.309)

Père : SOULAINE Louis, 31 ans, cultivateur au Tay aux Perré

Mère : PERRIGUE Jeanne, 27 ans, ménagère

Témoins : Texier et Templé

MÉTIER : charron à La Gacilly

MARIAGE : 8-2-1904 à La Gacilly  avec SOULAS Marie Joseph

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 14              Classe : 1896          Recrutement : 1779 Vannes (LM p. 416)

Affectation : canonnier de 2° classe au 3° Rég. d’Artillerie à Pied à Brest -10°Cie                                                                                                                

Matricule : 1969                         Aux Armées : 10-8-1914

BP 11-1915 : Joseph Soulaine de la Place du Champ de Foire est décédé à Châlons-sur-Marne d’une fièvre typhoïde contractée au front.

MPF : 5-10-1915 à l’hôpital complémentaire Février  n° 19 à Châlons-sur-Marne, de maladie en service : broncho-pneumonie (fièvre typhoïde)

     SÉPULTURE : à Châlons-sur-Marne (Marne) : carré militaire de l’est, tombe individuelle n°3297

Inscription : 24-11-1915 à La Gacilly(35 D 1915) -puis le 20-6-1916 à La Gacilly (19 D 1916) (voir Frères)

SOULAINE Joseph- - MPF : 5-10-1915 à l’hôpital complémentaire Février n° 19 à Châlons-sur-Marne


 

 

SOULAINE  Joseph Marie

  

NAISSANCE : 4-9-1878  à  LA GACILLY (28 n 78 p.374) ; frère de Jacques

Père : SOULAINE Joseph Marie, 43 ans, cultivateur au Tay

Mère : TEXIER Jeanne, 36 ans, ménagère

Témoins : Templé et Texier

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 22-exempté en 1898   Classe : 1898     Recrutement : 2269 Vannes (LM p.416)

Affectation : soldat de 2° classe au 2° Rég. d’Infanterie Coloniale -3° Cie 

Matricule : 29709                                          Aux Armées : 14-9-1915

Rencontre avec Pierre TUAL le 30-1-1916 à Fouilleuse (Oise)

MPF : 1-11-1918 au Bois-Plat-Chêne sur la commune de la Chapelle-St-Pantaléon dans le secteur de Verdun: tué à l’ennemi

Inscription: 30-12-1921 à La Gacilly (37 D 1921)                                                      ( voir Frères)

 


 

 

TATARD  Louis Joseph

 

NAISSANCE : 28-7-1889   à  LA GACILLY (34 n 89 p.308)

Père : TATARD Louis, 36 ans, cordonnier, ville de La Gacilly

Mère : AYOUL Jeanne, 37 ans, ménagère

Témoins : Garel et Ayoul

MÉTIER : cordonnier à La Gacilly

MARIAGE : 15-10-1913 à Mamers  avec GARREAU Ernestine

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 80-engagé volontaire pour 3 ans le 6-10-1908 et rengagé pour 2 ans le 18-7-1913

Classe : 1909                               Recrutement : 2155 Vannes (LM p. 274)

Affectation : sergent au 115° Rég. d’Infanterie     Matricule : 2215           Aux Armées : 2-8-1914

BP 1-1915 : c’était un de nos bons jeunes de la Jeunesse Catholique. Après avoir travaillé à l’atelier de son père jusqu’à l’âge de 18 ans, il voulut céder la place à son jeune frère. Comme son voisin et ami Joseph Debray, il s’engagea, embrassant la carrière militaire pour se faire une position. Il devint rapidement sous-officier. Puis, après un rengagement, il se maria l’année dernière, au mois d’octobre, à Mamers où il était en garnison (classe 1909)

MPF : entre le  23-9 et le 7-10-1914  à Crémery (Somme) près de Roye: tué à l’ennemi

Inscription : 9-2-1920 à Mamers                                                                                ( voir Frères)

    TATARD Louis Joseph - MPF : entre le 23-9 et le 7-10-1914 à Crémery (Somme)     

 


 

 

THOMAS  Pierre Marie

 

NAISSANCE : 24-9-1884  à  LA GACILLY  (36 n 84 p. 122)

Père : THOMAS Jean, 39 ans, cultivateur à l’Hôtel-Sero

Mère : COYAC Marie, 34 ans, cultivatrice

Témoins : Potier et Ayoul

MÉTIER : cultivateur à La Gacilly puis à Cantenay (49)

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 41 -Dispensé : ainé de Veuve en 1905-  Service militaire en 1906

Classe : 1904                     Recrutement : 918 Vannes (LM p. 736)

Affectation : soldat de 2° classe au 41° Rég. d’Infanterie à Rennes

Matricule : 01704             Aux Armées : 4-8-1914

MPF : fait prisonnier de guerre le 3-10-1914 à  Neuville-Vitasse  (Pas- de- Calais). Interné à Marsebürg.

Jugement : décès fixé au 4-10-1914 par le tribunal de Ploërmel le 29-11-1920

Inscription : 14-12-1920 à La Gacilly (26 D 1920)                                                                                                                           (voir Frères)

THOMAS Pierre Marie - MPF : Jugement : décès fixé au 4-10-1914 par le tribunal de Ploërmel le 29-11-1920

 

 

 

VINCENT Pierre Marie

 

NAISSANCE : 2-6-1891  à LA GACILLY (22 n 91 p. 24) ;  frère du suivant

Père : VINCENT Jean Marie, 28 ans, charpentier au Lieuvy

Mère : TATARD Mathurine, 25 ans, ménagère

Témoins : Garel et Ayoul

MÉTIER : charpentier à La Gacilly

MILITAIRE 

Conseil de Révision : 131                     Classe : 1911      Recrutement : 741 Vannes (LM p. 375)

Affectation : caporal au 1° Rég. de Marche de Zouaves, 15° Cie                       

Matricule : 11023                                Aux Armées : 2-8-1914

BP 6-1915 : Pierre Vincent a été blessé aux deux bras par une grenade

MPF : 18-9-1917 à Chattancourt ( Meuse) : suites de blessures

Inscription : 12-12-1917 à La Gacilly (40 D 1917)                                                      ( voir Frères)

Citation  à l’ordre du régiment le19-11-1916 ; Croix de guerre avec étoile de bronze. «  Lors de l’attaque du 7-11-1916 et le jour suivant a, sous un bombardement extrêmement  violent, dégagé plusieurs de ses camarades, à moitié ensevelis et a pansé, sous le feu, des hommes de son escouade qui a été particulièrement éprouvée. Au front du début, blessé 2 fois. Bon gradé. »

VINCENT Pierre Marie - MPF : 18-9-1917 à Chattancourt ( Meuse)

 

 

 

 

VINCENT  Baptiste Pierre

 

NAISSANCE : 4-2-1893 à LA GACILLY (7 n 93 p. 22) ;   frère du précédent

     Père : VINCENT Jean, 30 ans, charpentier au Lieuvy

     Mère : TATARD Mathurine, 27 ans, ménagère

     Témoins :   Garel et Ayoul

MÉTIER : charpentier à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 142              Classe : 1913           Recrutement : 1077 Vannes

     Affectation : soldat de 2° classe au 287° Rég. d’Infanterie . 1° Cie 

Matricule : 9435                       Aux Armées :-8-1914

BP 7-1915 : le 8 mai, Jean-Baptiste Vincent de la Bouère était gravement blessé. Il eut encore la force d’écrire  sur les enveloppes de deux lettres qu’il avait déjà fermées : «  Je suis blessé ». Les lettres parvinrent. Puis, plus de nouvelles. Quelques semaines après, une lettre officielle annonçait sa mort. Après sa blessure, il avait été transporté à Verdun. Et le soir même, du 8, il était mort à l’hôpital.  

MPF : 8-5-1915 à l’hôpital temporaire n° 11 à Verdun (Meuse)  des suites de blessures reçues sur le champ de bataille

Inscription : 24-11-1915 à La Gacilly (34 D 1915)                                                      ( voir Frères)

VNCENT Baptiste Pierre , MPF : 8-5-1915 à l’hôpital temporaire n° 11 à Verdun (Meuse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GACILIENS  Morts pour la France Non-Inscrits au Monument aux Morts

 

 

 

 

 

AUDRAN  Joseph Marie

 

 NAISSANCE : 16-11-1888 à La Gacilly

Père : AUDRAN Joseph Marie

Mère : CHEVAL Anne Marie

Métier : employé d’hôtel à Paris

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 119 Classe : 1908 Recrutement : 1264 Vannes (LM p.438)

Affectation : engagé volontaire ; sergent-major le 25-6-1914 au 160° Reg. d’Infanterie

Aux Armées : 2-8-1914

MPF : 13-9-1914 à l’hôpital auxiliaire de Mirecourt des suites de blessures de guerre

 AUDRAN Joseph Marie MPF : 13-9-1914 à l’hôpital auxiliaire de Mirecourt

 

 

 

 

AYOUL   Joseph  Marie

NAISSANCE : 13-6-1882 à La Gacilly  (19 n 82 p. 42)

Père : AYOUL Jean Louis, 39 ans, garde champêtre à La Gacilly

Mère : GILBERT Perrine, 38 ans, ménagère

MÉTIER : cordonnier à Redon puis à Rennes

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 124            Classe : 1902           Recrutement : 990 à Vannes (LM p. 812)

Affectation : 2° canonnier servant au 2° Rég d’Artillerie Coloniale  à Cherbourg                                               Matricule : 3433

MPF : 15-10-1915 à Montremoy (Marne)

(Voir Frères)

 

POLIGNÉ  Emmanuel Désiré

-NAISSANCE : 19-3-1879 à LA GACILLY (10 n 79 p. 407)

  Père : POLIGNÉ François, 38 ans, tisserand à l’Hôtel-Sero

  Mère : GICQUEAUX Marie Joseph

Métier : cultivateur à La Gacilly puis employé de commerce à Rennes

MARIAGE : 8-5-1905 à Rennes avec GAUTIER Eugénie

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 93 ; ajourné en 1899            Service Militaire en 1901

Classe : 1899                   Recrutement : 725 Vannes (LM p.394)

Affectation : soldat de 2° classe au 85° Rég. Territorial d’Infanterie      Matricule : 5364 

Aux Armées : 16-8-1914

MPF : fait prisonnier à Maubeuge le 7-9-1914. Décédé à Hengolo (Pays-Bas) le 15-12-1918

Inscription : 1924 à La Gacilly

POLIGNÉ Emmanuel Désiré, MPF : Décédé à Hengolo (Pays-Bas) le 15-12-1918

 

 

 

QUIBAN Joseph Marie

 

NAISSANCE : 22-1-1888 à La Gacilly

       Père : QUIBAN Joseph  habitant La Gacilly

       Mère : feue DANARD  Jeanne Marie

Métier : domestique à La Gacilly puis à Combrée le 19-4-1914

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 13                       Classe : 1908                          Recrutement : 1178 Vannes  (LM p.292)

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég. d’Infanterie à Vannes

Matricule : 06770                                Aux Armées : 3-8-1914

MPF : 7-10-1915 à Tahure près de Souain (Marne) : tué à l’ennemi

QUIBAN Joseph Marie - MPF : 7-10-1915 à Tahure près de Souain (Marne)

 

 

 

 

ROBERT  Henri Marcel Marie

NAISSANCE : 19-8-1892 à La Gacilly (43 n 92 p.13)

Père : ROBERT Jean Marie, 36 ans, jardinier à La Gacilly

Mère : MERCIER  Jeanne Marie, ménagère. Ils habitaient à Angers (49) en 1912

MARIAGE : 14-2-1917 à Nantes

MÉTIER : employé au Périer (85)

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 156 à Angers             Classe : 1912                 Recrutement : 1083 à Angers

Affectation : soldat de 2° classe au 1° Rég de Zouaves                                                                                                               Matricule : 38797

Aux Armées : 2-8-1914

MPF : disparu le 19-7-1918 à Saconin et Breuil (Aisne) au sud-ouest de Soissons

SÉPULTURE : cimetière de la Plaine-Grange, commune de Vauxbuin (Aisne) (Voir Frère)

ROBERT Henri Marcel Marie - MPF : disparu le 19-7-1918 à Saconin et Breuil (Aisne)

 

 

 

CHEFDOR Jean Marie

NAISSANCE : 10-3-1887 aux Fougerêts

  Père : CHEFDOR Jean Marie, cultivateur à La Gacilly, (décédé avant 1907)

  Mère : FAUCHET Marie Julienne

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 17         Classe : 1907     Recrutement : 1182 Vannes (LM p.301)

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég. d’Infanterie à Vannes

Aux Armées : 3-8-1914

MPF : rapatrié d’Allemagne et décédé le 15-11-1917 à La Gacilly

 

CHEFDOR Jean Marie - MPF : rapatrié d’Allemagne et décédé le 15-11-1917 à La Gacilly

 

 

 

DANET   Jean Louis

NAISSANCE : 21-5-1890  à  Saint-Martin-sur-Oust

       Père : DANET  Yves Marie

       Mère : QUIBAN Marie Anne

       Métier : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 60                       Classe : 1910                          Recrutement : 1341  (LM p. 513)

Affectation : soldat de 2° classe au 41° Rég. d’Infanterie à Rennes

Matricule : 06435                                Aux Armées : 5-8-1914

MPF : décédé avant le 12-1-1915 à Neuville-Vitasse près d’Arras, là où est disparu également François CHEVAL et Pierre THOMAS.

SÉPULTURE : inhumé par les autorités allemandes à Neuville-Vitasse

Citation : cité à titre posthume – JO du 18-11-1920 : «  Brave soldat mortellement blessé à son poste de combat à Neuville-Vitasse le 9-10-1914 »

DANET Jean Louis - MPF : décédé avant le 12-1-1915 à Neuville-Vitasse près d’Arras

 


 

 

LAURENT  Victor Jean

 

 NAISSANCE : 26-6-1881 à Ruffiac

  Père : LAURENT Jean Marie, cultivateur à La Gacilly en 1901

  Mère : MORLA Marie Joseph

Métier : cultivateur à La Gacilly puis employé à Nantes

MILITAIRE :

Conseil de Révision  91            Classe : 1901                   Recrutement : 1863 Vannes (LM p. 632)

Affectation : soldat de 2° classe au 116° Rég. d’Infanterie puis au 76° RI de Rodez- Matricule : 010606

Aux Armées : 20-8-1914

MPF : 9-4-1915 au lazaret de Siegen (Allemagne)

LAURENT Victor Jean - MPF : 9-4-1915 au lazaret de Siegen (Allemagne)

 

 

 

 

 

 

TEXIER Jean Marie

 

 NAISSANCE : 1-8-1895 à Sixt-sur-Aff

  Père : TEXIER Jean Marie, 49 ans, cultivateur à la Villegalais en Sixt

  Mère : PRÉVERT Rose, 42 ans, cultivatrice

MILITAIRE

Conseil de Révision :                       Classe : 1905                        Recrutement : 312 Rennes

Affectation : soldat au 1° Rég. d’Infanterie Coloniale 3° Cie      Matricule : 11430

BP 9-1918 : nous avons appris la mort à l’hôpital de Jean Texier de la ville.

       (Il était né à Sixt-sur-Aff mais sans doute au Bout du Pont de La Gacilly, côté Sixt)

MPF : 31-8-1915 à l’hôpital 18 de Châlons-sur-Marne suite de maladie contractée en service : fièvre typhoïde, congestion pulmonaire

Inscription : à Bruc (I et V)

TEXIER Jean Marie - MPF : 31-8-1915 à l’hôpital 18 de Châlons-sur-Marne

 

 

 

 

THOMAS  Jean Marie

 

NAISSANCE : 14-3-1888 à Carentoir

       Père : THOMAS Jean Marie

       Mère : ROUXEL Jeanne

       Métier : cultivateur à La Gacilly

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 29 Classe : 1908 Recrutement : 1188 Vannes (LM p.308)

Affectation : soldat de 2° cl-asse au 154° Rég. d’Infanterie de Vitré-

Matricule : 02649 

 Aux Armées : 24-9-1914

MPF : blessé le 16-7-1915 à Neuville-St-Vaast par éclat d’obus et aussi le 30-9-1916 à Rancourt

Décédé le 5-10-1916 dans l’ambulance 10/6 à Bray-sur-Somme (Somme) des suites  de ses blessures de guerre

Citation : Médaille militaire le 20-1-1921 : «  Brave soldat courageux et discipliné. A été blessé mortellement à son poste de combat »

THOMAS Jean Marie - MPF  - Décédé le 5-10-1916 dans l’ambulance 10/6 à Bray-sur-Somme (Somme

 

 

 

GÉRARD  Pierre Marie

NAISSANCE : 27-3-1886 à St-Martin-sur-Oust

  Père : GÉRARD Pierre Marie, résidant à La Gacilly en 1912

       Mère : LEMOINE Marie Joseph

       Métier : carrier mineur à St-Martin puis à Auray

MILITAIRE :

Conseil de Révision : 29                  Classe : 1906                     Recrutement : 1193 Vannes ( LM p.281)

Affectation : sapeur de 2° classe au 6° Rég. du Génie à Angers      Matricule : 2191

Aux Armées : 2-8-1914

MPF : 30-8-1915 à l’ambulance 10/14 à Habarcq (Pas de Calais)

 GÉRARD Pierre Marie - MPF : 30-8-1915 à l’ambulance 10/14 à Habarcq (Pas de Calais)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FRÈRES de GACILIENS

Morts pour la France

 


 

 

ALLANIC   Joseph  Marie

 

- avait un demi-frère

 Alfred Julien  né le 22-10-1899 à La Gacily, car leur père s’était remarié avec Jeanne MORICE

            X-28-10-1922 0 Neuilly-sur-Seine avec JOUANNE Madeleine

 

 

 

AUVRAY  Raphaël  Joseph 

 

- avait un frère

Louis  né le 25-3-1880 à La Gacilly,  frère de Raphaël

            boucher à La Gacilly

            X  15-2-1904 à Landerneau avec LE BRASLINIC Marie

            CR : 10 ;  Classe : 1900 ;  Recrut : 906 Vannes ;   LM p. 694

            Service militaire en 1901 puis engagé volontaire.  Aux Armées : 8-8-1914

Soldat de 2° classe au 118° Reg. d’Infanterie à Quimper. Il est sous-lieutenant le 7-9-1914

Blessé le 24-12-1914 au combat de la Boiselle   : double fracture du maxillaire inférieur droit et plaies à la poitrine par des éclats d’obus.

Lieutenant le 11-8-1917 puis capitaine de réserve le 14-1-1928

Décorations :Croix de Guerre et Chevalier de la légion D’Honneur

 

 

AYOUL Joseph Marie

- avait deux frères

1)François Marie né le 4-7-1885 à La Gacilly, 

Homme d’équipe des chemins de fer d’Orléans à Vierzon

X 9-4-1910 à Reuil avec JAGUT Angèle

CR : 61 ; Classe : 1905 ; Recrut : 903 Vannes ; LM p.746

Soldat de 2° classe au 2° Reg. d’Infanterie Coloniale à Brest

Fait prisonnier le 22-8-1914 à Rossignol ( Belgique) puis interné au camp de

Cassel ( Allemagne) tout comme Armand Épaillard qui, lui, y décèdera.

Jean Marie né le 13-12-1876 à La Gacilly, 

Il ne devait plus habiter La Gacilly en 1896 car il ne figure pas sur la liste du conseil révision

 

2)Jean Marie  né le 13-12-1876 à La Gacilly, 

Il ne devait plus habiter La Gacilly en 1896 car il ne figure pas sur la liste du conseil révision

 

 

BERRIEN  Thomas Marie

 - avait un-frère

François  né le 28-4-1888 à Gourin,  frère de Thomas

Garçon d’écurie à La Gacilly puis homme d’équipe à Foligny aux chemins de fer

CR : 50 ;  Classe : 1908 ;  Recrut : 1208 Vannes ;  Aux Armées : 14-11-1914

En 1915, il est porté disparu. Il écrit à sa famille qu’il a été fait prisonnier à Roclincourt le 9-5-1915, qu’il est blessé et interné à Mulheim dans la Ruhr ( Allemagne)

Rapatrié à Nantes le 17-12-1918.

 

 

BOUCHER  Alexis

 

- avait quatre frères :

1)Joseph Marie  né le 27-3-1879 à La Gacilly. Il avait dû quitter La Gacilly avant le conseil  de révision

2)Pierre Marie Gabriel  né le 16-11-1882 à La Gacilly

            X  11-6-1907 à Redon avec ROBLIN Marie

            CR : 98 ;  Classe : 1902 ;  Recrut : 964 Vannes ;  LM p.771

Soldat de 2° classe au 2° Reg. d’Artillerie Coloniale puis rattaché à la classe 1887 étant le père de six enfants. Renvoyé dans ses foyers le 28-6-1916

3)René Ernest  né le 28-11-1886 à La Gacilly

  Manœuvre à La Gacilly puis à Toulouse

  X  27-9-1919 à Toulouse avec LAIBRES Alexandrine

  CR : 116 ;  Classe : 1906 ;  Recutr : 1271 Vannes ;  LM p.399

2° canonnier au 14° Reg. d’Infanterie. Décédé à Toulouse le 4-7-1929.

4)Pierre Marie  né le 12-10-1888 à La Gacilly

            X  14-2-1920 à La Gacilly avec JOUAN Philomène

 

 

BOUCHER  Jean Marie

 

-) avait deux frères :

1)François Alexis  né le 10-4-1898 au Lieuvy à La Gacilly

            X  11-1-1927 à La Gacilly avec BELLON Clémentine

2)Émile Jean  né le 22-9-1902 au Lieuvy à La Gacilly

            X  26-10-1929 à Leuhan avec HILY Eugénie

 

 

BOUCHER  Joseph Marie

 

 (Fiche8)   avait deux frères :

1)Marcel Pierre  né le 1-8-1897 à la Bouère à La Gacilly

            X  20-7-1926 à La Gacilly avec  BELLON Mélanie

2)André Joseph  né le 6-11-1902 à la Bouère à La Gacilly

            X  9-6-1925 à La Gacilly avec CLÉSIO Anne

 

 

BOUCHER Pierre Marie

 

- avait un frère :

Albert Louis  né le 11-5-1900 à Brozhéas à La Gacily

            X  6-11-1928 à La Gacilly avec JANTOLIÈRE Clémence. 

 

BRIENT  Jean Marie

        

- avait un frère

Georges Marie  né le 14-7-1892 au Chëne à La Gacilly.

 

 

BRIENT  Pierre Marie

 

-avait un frère

Albert Marie  né le 2-12-1890  à la Villio à La Gacilly, 

            X  14-1-1919 à La Gacilly avec SALOUX Marie Louise

 

 

BURBAN  Jean Marie

 

- avait un frère

 Alexis Louis  né le 19-11-1897 à St-André à La Gacilly, frère de Jean Marie

            X  31-10-1921 à Carentoir avec DANET Marie

 

 

CHEVAL  Jean Marie

 

-  avait deux frères :

1)François Marie  né le 7-3-1885 au Pâtis à La Gacilly,

            Cultivateur à Pipriac

            CR : 15 ;  Classe : 1905 ;  Recrut : 860 ;  LM p.667

2° canonnier conducteur au 28° Reg d’Infanterie à Vannes

M : 01324 ;    Aux Armées :  10-8-1914

Blessé le 12-8-1917 ; évacué sur le centre hospitalier de Dompierre ( Oise)

2)Théophile Alexandre  né le 11-7-1889 à La Gacilly

            X  15-11-1921 à La Gacilly avec SOULAINE Anne

 

 

CHEVAL  François Michel

 

- avait deux frères :

1)Jean Marie  né le 25-5-1884 à la Ville aux Ainés à La Gacilly

            Cultivateur à la Gacilly

            CR : 158 ;  Classe : 1904 ;  Recrut : 1019 ;  LM p.43

2° canonnier servant au 28° RA de Vannes puis au 35° RA ;  M : 3609 ; Aux Armées : 4-9-1915

   Blessé au pied droit par un éclat d’obus le 16-4-1918 à St-Aubin ( Oise)

2)Pierre Marie  né le 18-10-1900 à la Ville aux Ainés à La Gacilly

            X  28-8-1928 à la Chapelle-Gaceline avec MÉTAYER Marie 

 

 

COUÉ  Victor

 

- avait un frère

Constant Marie né le 2-12-1893 à La Gacilly, la famille habitait alors Talhuard.

CR : 31 – Recrut : 966 Vannes – Incorporé au 118° RI à Landerneau

Fait prisonnier le 8-9-1914 à Lenharzé. Interné au camp de Darmstadt jusqu’au 10-12-1918

        

 

COURLIER  Albert Joseph

)- avait deux frères

1)François Joseph  né le 16-6-1885 à la Provotaie à La Gacilly,

            Terrassier à La Gacilly puis camionneur à Nantes

            X  13-1-1919 à Nantes avec RICAUD Philomène

            CR : 54 ;  Classe : 1905 ;  Recrut : 896 ;  LM p.736

Brigadier au 28° Reg. d’Artillerie puis au 35° Reg. d’Artillerie à Vannes

2)Joseph  né le 5-4-1892 à la Corblaie à La Gacilly,

                   X  23-11-1919 à Cournon avec CHESNAIS Mathurine

 

 

DEBRAY  Joseph

 

-avait deux frères

 1)Pierre  né le 1-8-1883 à La Gacilly

            Boucher à La Gacilly

            X  22-10-1912 à La Gacilly avec QUIBAN Marie

            CR : 50 ;  Classe : 1903 ;  Recrut : 932 ;  LM p.755

Soldat de 2° classe au 116° Reg. d’Infanterie à Vannes.   M : 018433

2)Albert-né le 22-12-1888 à La Gacilly,  frère de Joseph

            X  27-1-1920 à St-Martin-sur-Oust avec DIGUET Albertine

 

 

 

DÉSILLE  Hyppolite Louis

- avait deux frères

1)Alexandre  né le 27-2-1879 à La Gacilly,  frère de Hyppolite

            Boulanger (sait cuire) à La Gacilly    

            CR : 115 ;  Classe : 1899 ;  Recrut : 746 ;  LM p.432

Soldat de 2° classe  à la 11° section des COA  à Orléans

 2)Clément  né le 12-7-1883 à La Gacilly ,  frère de Hyppolite

            Menuisier à La Gacilly

            X  26-10-1905 à Corpsnuds avec MÉNARD Victoire

            CR : 99 ;  Classe : 1903 ;  Recrut : 977 ;  LM p.827

            Soldat de 2° classe au 118° Reg. d’Infanterie à Quimper    Aux Armées : 22-4-1916

 

 

ÉPAILLARD  Armand Julien

 

-avait deux frères :

1)Julien Jean  né le 26-9-1889  à La Gacilly

            X  30-9-1919 à Ruffiac avec LEFRANC Madeleine

2)Albert Jean  né le 9-6-1897 à La Gacilly    

 

                        

 

ÉTRILLARD  Jean François

-avait un frère

  Joseph Marie  né le 2-7-1892 au Lieuvy à La Gacilly, frère de Jean François

 

 

FLEURY  Jean Baptiste

 

-avait deux frères :

1)Jean Marie  né le 8-2-1879 au Lieuvy de Bas à La Gacilly

            Charron à La Gacilly

            CR : 112 ;  Classe : 1899 ;  Recrut : 743 ;  LM p.428

              Sapeur au 1° Reg. du Génie     Aux Armées : 22-10-1914

2)Joseph Marie  né le 14-1-1881 au Lieuvy de Bas à La Gacilly

            Il ne figure pas sur la liste du conseil de révision. 

 

 

GASCARD  Pierre et  René

           

 -avait un frère)

Arsène   né le 13-11-1886 à La Gacilly

            Mécanicien à La Gacilly

            X  5-8-1913 à Sixt-sur-Aff avec THOMAS Bernadette

            CR : 110 ;  Classe : 1906 ;  Recrut : 1267 ;  LM p.394

Engagé volontaire  au 3° dépôt des Équipages de la Flotte à Lorient

 

 

GLET  Albert Joseph Marie

 

- avait cinq frères :

1)François  né le 11-11-1875 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            Cultivateur à Glénac

            X  25-2-1905 à Versailles avec SANTERRE Jeanne

            CR : 73 ;  Classe :1895 ;  Recrut : 955 ;  LM p.680

Soldat de 2° classe au 85° Reg. Territorial d’Infanterie  M : 17684 ; Aux Armées : 17-8-1914

Fait prisonnier le 7-9-1914 à Maubeuge puis interné à Minden ( Allemagne)

Rapatrié le 31-12-1918

2)Pierre Marie  né le 9-10-1877 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            Cultivateur à La Gacilly puis boulanger à Pantin

            X  17-8-1904 à Paris avec LE MIGNON Marie Anne

            CR : 106 ;  Classe : 1897 ;  Recrut : 1047 ;  LM p.74

            Réformé et décédé le 4-2-1915 à La Gacilly

3)Auguste Joseph  né le 27-6-1879 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            Menuisier à La Gacilly

            X  7- 9-1904 à Guingamp avec LE MIGNON Marie Joseph

            CR : 80 ;  Classe : 1899 ;  Recrut : 712 ;  LM p.372

            Décédé à Ste-Marie ( 35) le 25-7-1911

4)Joseph Marie  né le 10-6-1881 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            Menuisier à La Gacilly

            CR / 67 ;  Classe : 1901 ;  Recrut : 1841 ;  LM p.595

            Décédé à La Gacilly le 3-6-1905

5)Louis  né le 14-8-1884 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            Charron à La Gacilly puis à Malansac

            X  23-6-1909 à Malansac avec BUSSON Désirée

            CR : 119 ;  Classe : 1904 ;  Recrut : 983 ;  LM p.847

Soldat de 2° classe au 25° Reg. d’artillerie Coloniale à Vannes. Aux Armées : 17-10-1915   

 

 

 

GOUPIL  Théophile Jean Marie

 

-avait un frère

  Joseph  né le 20-12-1886 à la Bouère à La Gacilly,  frère de Théophile

            Manœuvre à La Gacilly

            X  12-4-1910 à La Gacilly avec BOUCHER Philomène

            CR : 126 ;  Classe : 1906 ;  Recrut : 1281 ;  LM p.416

2° canonnier conducteur au 454° Reg. d’Artillerie Lourde.   Aux Armées : 9-8-1914

 

 

 

GUÉHÉNEUC  Auguste Joseph Marie

 

-avait un frère

  Pierre  né le 18-9-1875 à La Gacilly, 

            Cuisinier à Rennes puis à Gorron ( 53)

            X  25-6-1901 à La Gacilly avec COTTO Léonie

            CR : 54 ;  Classe : 1895 ;  Recrut : 936 ;  LMp.652

2° canonnier servant au 244° Reg. d’Artillerie    Aux Armées : 24-5-1916

 

 

 

HALLIER  Mathurin

 

-avait un frère

Pierre  né le 28-8-1878 à la Bouère à La Gacilly      

            Menuisier à La Gacilly puis à Nantes

            X  24-1-1903 à Nantes avec MARQUET Irma

            CR : 82 ;  Classe : 1898 ;  Recrut : 1461 ;  LM p.756

Soldat au 85° Reg. d’Artillerie Lourde ;    Aux Armées : 7-2-1918

 

 

 

LE CHÊNE  Jean François Marie

 

-avait un frère :

François  né le 22-3-1896 à La Gacilly, 

            X  12-9-1929 à La Gacilly avec MOLAC Marie

 

 

 

LECOQ  Pierre Marie

 

- avait deux frères :

Mathurin  né le 11-11-1875 à Brozhéas à La Gacilly, 

            Cultivateur à La Gacilly

            X  22-11-1904 à La Gacilly avec SOULAS Julienne

            CR : 107 ;  Classe : 1895 ;  Recrut : 981 ;  LM p.722

            Sapeur de 1° classe au 9° Reg. du Génie.     Aux Armées : 8-11-1914

Joseph Marie  né le 20-11-1882 à Brozhéas à La Gacilly

            Cultivateur à La Gacilly

            CR : 39 ;  Classe : 1902 ;  Recrut : 914 ;  LM p.680

Soldat de 2° classe au 85° Reg. Territorial d’Infanterie. Blessé et évacué le 20-9-1914

Renvoyé dans ses foyers comme père de six enfants le 17-4-1918

 

 

LEFEUVRE  Maxime François

-avait un frère :

Clément  né le 13-2-1892 à La Gacilly, 

            X  28-12-1919 à St-Martin-sur-Oust avec COUDRAY Marie Louise

 

 

 

LE FIERDEBRAS  Pierre Marie

 

- avait un frère :

  Joseph  né le 13-3-1893 à La Gacilly,  frère de Pierre Marie

            X  18-2-1927 à Paris 3° avec LE PORHO Marie Ange

 

 

MAUVOISIN  François Louis Marie

 

- avait un frère :

Joseph  né le 22-6-1882 à la Mandraie à La Gacilly, 

            Charron forgeron à La Gacilly puis receveur buraliste à La Chevrolière (44)

            CR : 42 ;  Classe : 1902 ;  Recrut : 917 ;  LM p.685

Maréchal des logis au 35° Reg. d’Artillerie à Vannes passé à la classe 1900 comme père de quatre enfants.

 

 

 

NAËL  François Marie

 

- avait trois  frères

  1)Mathurin  né le 3-4-1876 à la Vile-Jarnier à La Gacilly, 

            Cultivateur à La Gacilly

            X  17-1-1911 à La Gacilly avec COUÉ Marie Anne

            CR : 138 ;  Classe : 1896 ;  Recrut : 1895 ;  LMp.590 ;  Aux Armées : 17-8-1914

Fait prisonnier le 7-9-1914 à Maubeuge puis interné à Friedrichsheld ( Allemagne)

Rapatrié le 10-12-1918

2)Joseph Marie  né le 6-6-1884 à la Ville-Jarnier à La Gacilly, 

            Valet de chambre à La Gacilly puis à Reims et à Paris

            X  4-10-1911 à Cléguérec avec PLÉNEL Jeanne Marie

            CR : 125 ;  Classe : 1904 ;  Recrut : 989 ;  LM p.860

Chasseur de 2° classe au 315° Reg. d’Artillerie Lourde

 Aux Armées : 11-11-1915

3)Albert Marie  né le 8-4-1897 à la Ville-Jarnier à La Gacilly, 

            X  22-6-1922 à La Gacilly avec FILLODEAU Léontine

 

 

 

 

 

PERRIGUE  Louis

 

- avait un frère

Pierre  né le 7-5-1887 à la Provotaie à La Gacilly, 

            Cultivateur à La Gacilly

            X 28-9-1920 à La Gacilly avec COUDRAIS Bernadette

            CR : 46 ;  Classe : 1907 ;  Recrut : 1209 ;  LM p.347

2° canonnier conducteur au 278° Reg. d’Artillerie de Campagne   Aux Armées : 5-8-1914

 

 

 

POLIGNÉ  Auguste Marie

 

- avait un frère

Louis  né le 8-10-1878 à la Bergerie à La Gacilly, 

            Briseur de pierres à La Gacilly

            X  9-4-1907 à La Gacilly avec SIMON Françoise

            CR : 50 ;  Classe : 1898 ;  Recrut : 1433 ;  LM p.712

Soldat de 1° classe au 85° Reg. Territorial d’Infanterie      Aux Armées : 17-8-1914

Fait prisonnier le 7-9-1914 à Maubeuge. Rapatrié le 29-12-1918

 

 

ROBERT  Henri Marcel Marie

 

- avait un frère

     Georges  né le 25-4-1894 à La Gacilly

            X  14-2-1920 à Baugé (49) avec MULET Marie

 

 

 

ROUSSEAU  Charles Constant

- avait un frère

Gabriel  né le 13-11-1897 à La Gacilly, 

            X  2-7-1921 à St-Avertin( LetL)

 

 

SALOUX  Isidore Pierre et Marcel

 

  -avait un frère :

François Marie  né le 9-8-1890 à la Haute-Bardaie à La Gacilly

            X  20-1-1919 à Reims avec DOUILLET Jeanne  

 

 

SALOUX  Jean Marie

             

    -avait un frère :

Pierre Marie  né le 9-8-1888 à la Villio à La Gacilly

            X  19-1-1931 à Paris 18° avec BELSOEUR Marie Anne 

 

 

 

SEVESTRE  Jean Baptiste

          

-avait deux frères

Eugène  né le 28-10-1889 au Pâtis à La Gacilly, 

            X  30-6-1961 à Feneu(49) avec

  Louis  né le 30-5-1892 à Lauloyer à La Gacilly,

            X  31-10-1921 à Carentoir avec SEVET Marie

 

 

SILORET  Louis Marie

 

 - avait deux frères

1)Joseph né le 18-8-1887 à La Gacilly, 

            Forgeron à Nogent-Le-Rotrou et à Rennes puis mécanicien aux TIV

            X  8-6-1912 à Rennes avec GLAIS Gabrielle

            CR : 87 ;  Classe : 1907 ;  Recrut : 1248 ;  LM p.423

            2° canonnier servant au 10° Reg. d’Artillerie à Pied

            Croix de Guerre

  2)Pierre  né le 17-8-1885 à La Gacilly,

            Chauffeur d’autobus à Angers puis à Paris

            X  11-1-1912 à Paris 16° avec CHARRON Marie

            CR : 70 ;  Classe : 1905 ;  Recrut : 912 ;  LM p.766

            Caporal au 3° Reg. de Tirailleurs Algériens        Aux Armées : 5-8-1914

 

 

SIMON  Albert Jean Marie

 

 -avait deux frères

1)Joseph  né le 20-9-1895 à La Gacilly,

            5-2-1923 à Nantes avec DANET Catherine

2)Julien  né le 19-1-1898 à La Gacilly,

            X  28-1-1922 à Nantes avec AUDRAN Philomène

 

 

 

SOREL  Julien

 

- avait trois frères

1)Louis  né le 17-9-1882 à la Bouère à La Gacilly, 

            Employé de bureau à La Gacilly

            X 20-9-1906 à La Gacilly avec PAULET Claire puis le 13-2-1933 à Annecy

                                                               avec Guiguet Marie

            CR : 127 ;  Classe : 1902 ;  Recrut : 993 ;  LM p.815 ;  Aux Armées : 11-10-1916

Engagé volontaire et maréchal des logis le 25-9-1905 ; élève gendarme à cheval le 18-8-1906 ; gendarme à cheval : 17-9-1907 ; gendarme à pied : 10-10-1911 ; sous-lieutenant : 25-3-1926 ; lieutenant : 25-3-28 ; capitaine : 25-9-1933

Plusieurs citations ; médaille militaire : 22-12-1925 ; Chevalier de la Légion d’Honneur29-12-1932

2)Pierre  né le 16-6-1893 à la Bouère à La Gacilly, 

            X 1-7-1919 à Paris 7° avec LIMEUL Marie Louise

3)Paul  né le 29-8-1897 à la Bouère à La Gacilly, 

            X  7-7-1977 à Vannes

 

 

 

SOULAINE  Jacques et Joseph Marie

 

- avait deux frères :

1)Pierre Marie  né le 2-7-1875 à la Ville d’Aval à La Gacilly

            Cultivateur à La Gacilly

            CR : 97 ;  Classe : 1895 ;  Recrut : 972 ;  LM p. 708

Soldat au 85° Reg. Territorial d’Infanterie          Aux Armées : 16-8-1914

Fait prisonnier le 7-9-1914 à Maubeuge, interné à Minden comme François GLET

Rapatrié le 29-12-1918

2)Jean Louis  né le 28-4-1882 à la Ville d’Aval à La Gacilly, cultivateur à La Gacilly

            X  22-6-1907 à Carentoir avec HERVY Marie

            CR : 57 ;  Classe : 1902 ;  Recrut : 930 ; LM p. 712 ;  Aux Armées : 23-7-1917

            1° classe à la 11° section d’infirmiers militaires à Nantes     

       

 

 

SOULAINE  Joseph

 

- avait deux frères :

1)Julien  né le 6-12-1881 au Tay aux Perré à La Gacilly

            Vendeur en librairie à La Gacilly puis garçon de restaurant à Paris

            11-4-1920  à Paris 5° avec POLIGNÉ Marie

            CR : 121 ;  Classe : 1901 ;  Recrut : 1890 ;  LM p. 685 ; Aux Armées : 12-8-1914

            Sergent au 87° Reg. Territorial d’Infanterie puis sous-lieutenant le 26-2-1919

             Croix de Guerre avec étoile d’argent

2)Jean Marie  né le 21-1-1884 au Tay aux Perré à La Gacilly

            Il ne figure pas sur la liste du conseil de révision-

 

 

TATARD  Louis Joseph

 

 - avait un frère      

     Louis né le 10-8-1891 à La Gacilly 

        X  15-7-1919 à La Gacilly avec CHATEL Joséphine 

 

 

 

 

THOMAS  Pierre Marie

      

- avait un frère

  Joseph Jean  né le 1-8-1888 à La Gacilly

 

 

VINCENT  Pierre et Baptiste-

- avait un frère

Joseph  né le 8-2-1899 à la Bouère à La Gacilly ;

            X  10-10-1922 à la Chapelle-Gaceline avec FLAGEUL Marie

 

les rescapés de la guerre 1914-1918 de La Gacilly

 

 

Image retour haut page ou article au-dessus